Salaire hôtesse de l’air : combien gagnent-elles ?

Les hôtesses de l’air se chargent d’accueillir les passagers dans un avion. Pour veiller au bien-être des voyageurs, elles restent attentives à leur sécurité et à leur confort tout au long du trajet. Pour occuper un tel poste, il faut avoir de nombreuses qualités. Quelle est la rémunération de ce personnel navigant commercial ?

Métier d’hôtesse de l’air : quels sont les points essentiels à connaître à ce propos ?

Les hôtesses de l’air et les stewards sont assimilés aux personnels navigants commerciaux (PNC). Ils sont placés sous la tutelle du commandant de bord. Leur principale mission est de veiller à ce que le vol des passagers se déroule sous les meilleures conditions possible.

Avant d’accueillir les passagers au sein de l’avion, l’hôtesse de l’air va effectuer un contrôle minutieux des appareils et des équipements de la cabine. Elle va vérifier l’emplacement des gilets, l’état des toboggans, les chemins lumineux, etc. Au cours du vol, elle doit :

  • Présenter l’emplacement des équipements de sauvetage ;
  • Répondre aimablement aux questions et aux attentes des voyageurs ;
  • Prendre soin des personnes malades ;
  • Rassurer les passagers en cas de turbulence ;
  • Proposer des rafraîchissements ;
  • Gérer les stocks et mettre à jour les livres de comptes ;
  • Effectuer quelques rangements si la situation l’exige, etc.

Exercer le métier d’hôtesse : quelles sont les principales qualifications ?

Pour réussir dans ce domaine, il faut avoir une bonne condition physique. En effet, ce métier implique des horaires de travail aléatoires, des décalages horaires, des changements brusques des climats et une station debout sur une grande partie du vol. Ce travail engendre de nombreuses responsabilités.

Une hôtesse de l’air doit impérativement avoir :

  • Une élocution et une présentation irréprochables ;
  • Une bonne maîtrise de soi (une force psychologique) ;
  • Une bonne résistance physique et nerveuse ;
  • Un sens de l’accueil et du service.

Quelles sont les formations à suivre pour occuper un tel poste ?

·      Les qualifications principales

Les compagnies délimitent elles-mêmes les conditions pour devenir hôtesse de l’air. En général, voici les principaux critères exigés :

  • Disposer d’un niveau bac (les candidats ayant un Bac +2 sont privilégiés) ;
  • Être capable de parler couramment l’anglais (TOEIC 720 validé depuis moins de 24 mois). Parler une deuxième langue est à l’avantage de la candidate.
  • Avoir plus de 18 ans et être un ressortissant de l’Union Européenne ;
  • Être une bonne nageuse ;
  • Détenir le CCA (Cabine Crew Attestation). Il s’agit d’un substitut à l’ancien CCS. C’est un certificat reconnu par la majorité des compagnies européennes et internationales.

·      Quels sont les atouts des candidats ?

Les candidats ayant une expérience professionnelle commerciale auront un bel avantage sur les autres. C’est également le cas des personnes qui ont une formation dans l’hôtellerie ou une expérience à l’étranger.

Il faut savoir que les compagnies aériennes planifient des journées de sélection. Elles vont choisir des stagiaires qui vont être formées pour constituer leur personnel. Lorsque ces personnes seront recrutées, elles devront passer le CCA. Elles sont tenues de présenter une attestation d’aptitude médicale fournie par le CEMPN. Le CCA n’est autre qu’une formation prodiguée par des organismes de formation reconnus par la DGAC. C’est un examen d’État qui n’est pas accessible en candidat libre.

Salaire hôtesse de l’air : à combien s’évaluent la rémunération et les primes ?

·      Comparaison des salaires en fonction de la compagnie

En matière de rémunération, le montant du personnel navigant va dépendre de la compagnie. Si une hôtesse travaille pour une compagnie Low-cost, à bas prix, le salaire ne va pas être vraiment conséquent. Dans ce domaine, une débutante va percevoir un salaire allant de 1 500 à 2 000 euros brut par mois (1 170 à 1 560 euros net). Voici un aperçu de la rémunération proposée par certaines compagnies :

  • Débutante dans une compagnie Low-cost: SMIC (Ryanair, Easyjet) ;
  • Débutante dans une compagnie européenne régulière: 1 700 à 1 800 euros brut (Air France) ;
  • Débutant dans une compagnie ayant une forte notoriété: 2 000 à 2 500 euros brut (Qatar Airways, Emirates).

·      Les avantages financiers du métier d’hôtesse

À ses débuts, une hôtesse est assignée sur les vols nationaux en classe économique. Au fil du temps, lorsqu’elle aura acquis une certaine expérience, elle va effectuer des vols long-courriers. C’est une opportunité qui va lui permettre de toucher des primes pour les vols de nuit. Elle va effectuer des vols de nuit, travailler le dimanche et les jours fériés, etc. Sa rémunération va s’accroître en fonction de son expérience.

Une hôtesse de l’air peut bénéficier :

  • D’indemnités de repas et un forfait de remboursement des frais de transports (déplacement entre domicile et aéroport) ;
  • D’une réduction pour elle et sa famille sur les billets d’avion de la compagnie ;
  • D’une réduction ou d’une exonération de taxes d’aéroport.

Avec ses nombreuses prérogatives, une hôtesse peut se constituer de vraies économies. Celles-ci pourront contribuer au budget alloué pour les vacances. Au bout de 15 ans d’expérience, une hôtesse (Air France) peut obtenir un revenu de 4 500 euros brut soit 3 500 euros net (salaire + primes).

Il est à noter que les compagnies Low-cost n’effectuent pas beaucoup de trajets long-courriers. De ce fait, les hôtesses ont peu de chances de toucher des primes pour les longs voyages, le travail de nuit, etc. Si une hôtesse choisit de postuler auprès d’une compagnie ayant un siège social à l’étranger, elle ne risque pas de dépendre de la législation française. Ce sera difficile pour elle de profiter des droits sociaux français. Travailler pour une compagnie à bas coût n’est intéressant qu’en début de carrière. Une fois que l’hôtesse a acquis assez d’expérience, elle devrait intégrer une compagnie régulière. Ainsi, elle va bénéficier d’avantages et de primes liées à l’ancienneté.

La rémunération des PNC fait l’objet de calculs assez particuliers. Le salaire est basé sur un traitement brut mensuel (TBM). Ces professionnels ont également accès à de nombreuses primes. Il s’avère que la différence entre le TMB et le salaire réel des PNC est assez conséquente. Les primes sont déterminées par des accords collectifs de la compagnie aérienne.

·      Ce qu’il faut savoir sur les primes

Une hôtesse de l’air peut profiter de nombreuses primes qui s’ajoutent à son salaire. Il y a notamment :

  • Les primes en fonction du secteur de vol ;
  • Les primes liées au type de vol (court, moyen ou long-courrier) ;
  • La prime liée au nombre de nuits que le PNC va passer dans un hôtel avant de repartir en vol ;

Les dépenses liées au repas et à l’hôtel incombent à la compagnie aérienne. Elle va verser les PNC pour les déjeuners et dîners du personnel durant les escales. L’hôtesse devra présenter une facture de ses dépenses et elle va bénéficier d’un remboursement par la suite.

Quelles sont les raisons pour choisir le métier d’hôtesse de l’air ?

Dès que nous pensons au métier d’hôtesse de l’air, nous nous imaginons les voyages, l’exotisme, les découvertes, etc. Le principal avantage de ce métier est qu’il permet de gagner sa vie en voyageant. C’est un moyen de découvrir constamment de nouveaux endroits.

Lors des escales, sur les vols long-courriers, l’hôtesse ressent un dépaysement total. Elle a la possibilité de visiter le pays de destination et d’en profiter pleinement. Si elle travaille pour une bonne compagnie, elle va séjourner dans de beaux hôtels. Elle a aussi l’occasion de nouer à chaque fois de nouvelles relations.

Quels sont les principaux inconvénients de ce métier ?

Chaque métier possède son aspect négatif et le travail d’hôtesse de l’air ne déroge pas à la règle. C’est une personne qui a de lourdes charges de travail. Elle peut être amenée à travailler pendant 18 heures d’affilée. C’est par exemple le cas, lorsqu’elle est sur un vol Paris Sydney. Une hôtesse va travailler les week-ends et les jours fériés. Elle doit également faire face aux désagréments liés au décalage horaire.

Il est assez complexe d’avoir une vie de famille bien rangée en exerçant ce métier. Durant certaines périodes, une hôtesse de l’air devra voyager vers une destination qui n’est pas toujours forcément attrayante. C’est un métier assez contrasté. Certains vols seront à l’origine de vraiment moment de gaieté, d’autres vont générer de la peine.

Quelles sont les possibilités d’évolution de carrière d’une hôtesse de l’air ?

Quand une hôtesse de l’air acquiert de l’expérience, elle peut demander à sa compagnie de travailler sur les vols long-courriers. Elle a aussi la possibilité de choisir le service qu’elle va intégrer (classe affaires, 1ère classe, etc.). Une hôtesse peut profiter d’une promotion interne et devenir :

  • Chef de cabine: dans le cadre de sa mission, elle va encadrer une équipe d’hôtesses et de stewards sur le vol.
  • Chef de cabine principale: elle va gérer une équipe plus importante ;
  • Chef des personnels navigants : il y a seulement un poste disponible par compagnie ;

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.