Conducteur de métro : quel est son salaire ?

Les trains et les métros ne sont pas encore totalement sous le contrôle d’une intelligence artificielle. Ils ont besoin d’un conducteur humain. Cette personne assure le bon fonctionnement du métro, la sécurité des voyageurs et le respect des différentes signalisations présentent le trajet. Le rôle implique une très grande responsabilité. Au-delà du confort, la vie des passagers est en quelque sorte entre ses mains. Quel est son salaire d’un conducteur de métro ? Découvrons combien il gagne !

Le salaire d’un conducteur de métro, une variation en fonction de différents critères

On a souvent du mal à faire la différence avec les conducteurs de train classique, les conducteurs de TGV et les conducteurs de métro. C’est pour une raison simple, la similitude est assez grande. Parmi les points qui les différencient, on peut citer le salaire.

·      Le salaire moyen d’un débutant 

Le point de départ d’un conducteur de métro en matière de salaire peut paraître assez moyen. Dans la pratique, il gagne dans les 1855 euros au début de sa carrière. Ce revenu est brut. En ce qui concerne le salaire net, c’est à peine s’il dépasse le salaire minimum des Français. Si ce salaire semble dérisoire, il est tout de même à noter que ce dernier a déjà connu une nette évolution. Une vingtaine d’années auparavant, la somme était égale à 1500 euros.

·      Une évolution en fonction de la carrière

Avec les années d’expérience viennent les avancements et les augmentations. En matière de conducteur de métro, le salaire peut atteindre les 2900 euros. Il est à savoir que c’est une question de moyen et non des revenus de tous les conducteurs de RER de la RATP. Certains peuvent faire nettement plus, tandis que d’autres peuvent toucher un salaire assez restreint.

Le salaire minimum d’un agent de conduite de métro est des 2392 euros en milieu de carrière. La différence avec les salaires maxima peut atteindre le double de ce dernier. Le salaire maximum est effectivement de 4833 euros. Un montant qui peut facilement concourir avec la rémunération d’un cadre moyen en France. Mais, ce delta n’est pas sans déplaire à certains employés.

Lire aussi  Le salaire d'un commandant de bord chez Air France : facteurs clés et rémunération

·      Les revenus à l’approche de la retraite 

Vers la fin d’une carrière, une personne est censée avoir cumulé plusieurs années d’expérience. De ce fait, elle peut prétendre à des revenus qui sont en adéquation avec les années de pratique. Le conducteur de métro en fin de carrière est donc payé à 2700 euros hors primes. La réalité veut qu’il touche dans les 3 333 euros. Les primes peuvent donc atteindre les 500 euros.

Par ailleurs, les conducteurs travaillent sur une durée de 6 h 30 la journée. Ils ont donc trente minutes de libres de plus que la plupart des travailleurs. Les conducteurs de la ligne A du RER ne dépassent pas les 2h30 de travail par jour. L’équation peut donc être bénéfique selon les circonstances.

Par ailleurs, ils reçoivent aussi des primes en fonction de la taille de leurs familles. Un avantage qui n’est pas pour déplaire. La combinaison des différents primes et avantages peut conduire à un salaire de 4000 euros par mois. Mais, ce salaire n’est pas ce qui touche tout le monde. Il y a une part fixe et une part qui varie en fonction des conditions et des heures passées sur les lignes de métro.

·      Les primes : une partie conséquente du revenu

Dans la pratique, un conducteur de métro, au cours de sa carrière, ne rencontre pas trop de problèmes en ce qui concerne l’évolution de sa carrière. Seuls des manquements à la sécurité peuvent constituer des obstacles pour les promotions et les augmentations.

Par ailleurs, les primes sont payées en parallèle pour marquer les différences qui peuvent exister entre les agents. En milieu de carrière et vers la fin de carrière, le salaire fixe et de 2143 euros. La liste des primes qui l’accompagnent est la suivante :

  • Prime de pénibilité : 289 euros mensuels,
  • Prime pour les nouveaux trains : 200 euros à toucher deux fois sur la carrière,
  • Prime kilométrage : variable mensuellement
  • Prime de régularité,
  • Les heures supplémentaires : en fonction du planning de la RATP.
Lire aussi  Salaire chauffeur poids lourd : combien peut-on gagner ?

Les femmes et les hommes ne sont pas logés à la même enseigne

Il ne s’agit pas de mettre en évidence les différences ou de supporter des causes. L’objet étant toujours le salaire. C’est un des facteurs que l’INSEE propose comme étant l’un de ceux qui créent le plus de différence de salaire.

Dans la pratique, les hommes touchent un salaire net de 3018 euros nets par mois. Et les femmes, elles, sont payées à hauteur de 2567 euros. Une grande différence de 400 euros environ. Cela se voit aussi dans leurs effectifs. Pour la gent masculine, elle représente plus de 97 % des conducteurs de métro.

Encore une fois, il est à souligner que le portrait dressé se veut d’être neutre. Le sujet reste objectif et relatif à la rémunération.

Les fonctions associées au rôle de conducteur de métro

Être un conducteur de métro est un métier qui est totalement tourné vers l’usage des lignes de métro. Le maître mot de cette fonction est donc la sécurité des clients qui utilisent des lignes RER. Il est donc payé pour le respect de chaque signalisation, pour assurer que les métros suivent chacun le trajet et l’horaire qui leur sont donnés.

·      Le respect de l’horaire

Le respect de l’horaire est aussi un des rôles principaux des conducteurs. Il fait partie des aspects sécuritaires, mais c’est aussi un moyen de donner satisfaction aux usagers. Rater son train ou son métro peut paraître pénible, mais pour ceux qui ont un planning serré les secondes sont précieuses. Le conducteur doit donc s’assurer du respect du planning établi par la RATP.

Lire aussi  Salaire d’un conducteur de train : combien gagne-t-il ?

·      Gestion des imprévus

Outre le fait d’ouvrir les portes et de les fermer, le conducteur doit aussi être réactif en cas de panne mécanique ou d’accident. Dans l’un des deux cas, il est tout d’abord tenu de gérer la situation auprès des passagers. Son rôle est de les rassurer, les informer et de les maintenir dans le calme. En parallèle, il doit aussi assurer la liaison avec les centres de maintenance pour pouvoir mettre en place l’intervention qui doit être faite.

Les qualités et les compétences d’un conducteur de métro

Étant donné l’orientation vers le client du métier, le conducteur d’un métro doit avoir des qualités qui lui permettent d’établir une bonne relation avec le client. Pour ce faire, il doit donc avoir une bonne présentation. De plus, il doit être courtois et savoir répondre adéquatement aux différentes sollicitations des clients. Une bonne condition physique est aussi de mise. Ici, il n’est pas seulement question de solidité et d’endurance. La vue et l’ouï doivent aussi être d’une grande acuité pour assurer la sécurité des passagers.

·      Les formations à suivre

En ce qui concerne le processus académique à suivre, il n’est pas d’une très grande exigence. Aucun diplôme n’est demandé. Par ailleurs, les personnes qui ont un CAP mécanique ou électrique auront plus de chance d’intégrer l’équipe de la RATP.

Dans la pratique, la personne devrait avoir plus de 21 ans. C’est une condition qui est obligatoire. Une fois sélectionnée, la personne passera des tests médicaux et psychotechniques. À la suite, une formation de 10 semaines sera donnée en alternance par l’entreprise.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *