Salaire d’un contrôleur technique automobile

Le contrôleur technique ne doit pas être assimilé au garagiste. Contrairement à ce dernier, il n’assure que le rôle de diagnostiqueur automobile. Il veille à ce que chaque véhicule soit conforme à la législation sur la sécurité routière. En d’autres termes, il va effectuer un bilan de santé des véhicules âgés de plus de 4 ans.

Le métier de contrôleur technique : que faut-il retenir sur cette profession ?

Dans le cadre de sa profession, le contrôleur technique va contrôler que les véhicules sont tout à fait conformes aux règles de sécurité. Il va procéder au contrôle des véhicules automobiles de plus de 4 ans pesant moins de 3,5 tonnes.

Il va vérifier une centaine de points de contrôle (124 au total). Il va inspecter de nombreux domaines tels que :

  • L’identification du véhicule ;
  • Le freinage ;
  • La direction ;
  • L’éclairage ;
  • La visibilité ;
  • La liaison au sol ;
  • La structure et la carrosserie ;
  • Les organes mécaniques ;
  • La pollution et le niveau sonore, etc.

Lors de son inspection des véhicules, ce travailleur va se servir de différentes machines et outils tels que :

  • Un pont élévateur ;
  • Un banc de suspension ;
  • Un analyseur de gaz et de fumées ;
  • Des clés de serrage de roue ;
  • Un poste informatique de contrôle.

Au cours de la visite, le contrôleur technique automobile va effectuer plusieurs types de contrôle. Il va se charger :

  • D’une visite technique périodique ;
  • De la contre-visite ;
  • De la visite complémentaire pollution ;
  • Le contrôle volontaire.

Ce métier possède également un aspect administratif. Une fois la visite terminée, ce travailleur va se charger de rédiger un rapport de contrôle pour le client. Ce compte-rendu devra être bien détaillé. Il devra contenir les anomalies et les défaillances constatées ainsi que les réparations à effectuer.

Lorsque le contrôle technique est achevé, le contrôleur technique automobile va poser une vignette sur le pare-brise. Cela indique que le véhicule a fait l’objet d’un contrôle technique et qu’il est bien dans les règles. Si la voiture ne comporte aucun défaut, un timbre sera apposé sur la carte grise.

Pour exercer le métier de contrôleur technique, il faut détenir un agrément préfectoral. Il est uniquement octroyé aux professionnels de la mécanique auto/moto et aux carrossiers expérimentés. Ce technicien agréé par l’État devra travailler au sein d’un centre de contrôle technique agréé par le préfet de département.

Lire aussi  Quel est le salaire d’un chauffeur de bus ? Combien gagne-t-il ?

Certes, le contrôleur technique ne va pas se charger des réparations, cependant, il devra disposer de solides compétences en mécanique et en électronique. Il est aussi nécessaire que ce technicien se tienne informé sur les changements et les modifications relatives aux normes appliquées par l’État. Il est tenu de suivre fréquemment des stages de remises à niveau.

Les missions d’un contrôleur technique automobile peuvent être résumées en quelques points :

  • Effectuer l’inspection global du véhicule;
  • Vérifier que la voiture soit conforme aux points de contrôles énoncés spécifiquement par la loi ;
  • Procéder à des tests à travers des machines et des logiciels spécifiques ;
  • Déceler les anomalies du véhicule ;
  • Rédiger un procès-verbal du contrôle ;
  • Indiquer les préconisations au client.

Lorsque le contrôleur technique automobile effectue un diagnostic, il devra se conformer aux règles déontologiques du métier.

Exercer la profession de contrôleur technique : quelles sont les compétences et les qualités requises ?

Ce métier implique de nombreuses responsabilités. Si le contrôleur effectue un mauvais diagnostic, il peut mettre en péril la sécurité du conducteur. C’est pourquoi, il faut avoir plusieurs qualités pour être à la hauteur de ce poste. Ce technicien doit :

  • Être minutieux ;
  • Faire preuve d’une grande impartialité ;
  • Être méthodique et fournir des diagnostics clairs ;
  • Maîtriser la mécanique et l’électronique ;
  • Mettre à jour régulièrement ses connaissances et s’informer sur l’évolution de la législation et des normes;
  • Être un bon pédagogue : il va être amené à expliquer certains détails à ses clients ;
  • Avoir le sens de l’écoute ;
  • Avoir une grande connaissance de la maintenance des véhicules ;
  • Avoir une bonne résistance physique(la majorité des contrôles techniques s’effectuent dans un atelier qui ne possède pas souvent le chauffage) ;

Il est à noter que la responsabilité individuelle du contrôleur est engagée pour chaque procès-verbal qu’il délivre. C’est pourquoi, il doit agir avec une grande rigueur.

Se former au métier de contrôleur technique : quel est le niveau d’étude requis ?

Pour réussir dans le métier, avoir un agrément et un stage spécifique n’est pas forcément suffisant. Pour prétendre au poste de contrôleur technique dans un centre de contrôle, il faut disposer d’une capacité. Cet agrément est délivré par la préfecture. Il existe un large choix de formation pour exercer ce métier :

  • Un Bac professionnel MVA (Maintenance des véhicules automobiles). Il propose plusieurs options intéressantes. Ce diplôme permet de se spécialiser dans la réparation des motocycles, des voitures particulières ou des véhicules de transport routier.
  • Un Bac professionnel Construction des carrosseries;
  • Un Bac pro réparation des carrosseries.
Lire aussi  Combien gagne un graphiste et qu'est ce qui influence son salaire?

Evolution de carrière pour le métier de contrôleur technique : quelles sont les différentes possibilités ?

Au début de sa carrière, le contrôleur technique se positionne comme spécialiste des voitures légères. Au fil du temps, lorsqu’il a acquis assez d’expérience, il pourra se spécialiser :

  • Dans les poids lourds. Pour cela, il faudra disposer des habilitations nécessaires.
  • Dans les voitures anciennes, etc.

Il a aussi la possibilité de prétendre au poste de chef d’équipe ou de centre. Ce technicien peut aussi créer son propre centre indépendant ou s’affilier à un réseau. Il faudra avoir de l’expérience et disposer des fonds nécessaires. Dans ce domaine, l’investissement initial requiert un fond assez important.

Quels sont les avantages et les inconvénients de cette profession ?

C’est un domaine qui recrute. Le contrôleur technique automobile bénéficie d’excellentes perspectives d’évolution de salaire. Il existe environ 6 000 centres agréés par l’Etat. Certaines structures travaillent comme indépendants. Quel que soit le statut du centre agréé par l’Etat, il va s’assurer d’effectuer des vérifications strictes conformes à la législation et en accord avec la profession.

Dans le domaine automobile, les normes changent constamment. Les contrôleurs techniques automobiles devront se former en permanence. Dans ce secteur, l’agrément doit être renouvelé tous les ans.

Salaire contrôleur technique automobile : à combien s’élève le montant de son revenu ?

Ce technicien automobile va faire carrière au sein d’un centre de contrôle auto. Il pourra signer un contrat d’intérim, de CDD ou d’un CDI. En moyenne, la rémunération est estimée à 18 000 euros bruts par an pour un débutant.

Le salaire médian va être déterminé en fonction de différents facteurs tels que :

  • La zone géographique ;
  • La qualification du salarié ;
  • Le centre de contrôle.
Lire aussi  Salaire au McDo : combien gagne-t-on au McDonald’s ?

Ce technicien va percevoir approximativement un montant de 1 980 euros par mois. Le technicien va gagner une meilleure rémunération s’il est recruté au sein d’un centre franchisé ou s’il se met à son propre compte.

Ouvrir son propre centre de contrôle technique : comment procéder ?

Vous envisagez d’ouvrir de créer un centre de contrôle technique indépendant ? Dans le cadre de ce projet, vous devrez respecter certaines démarches :

·      Procéder à la rédaction d’un business plan

Grâce à un bon business plan, vous aurez de grandes chances d’obtenir un financement pour votre future entreprise. Dans ce domaine, il est rare qu’un entrepreneur dispose des fonds nécessaires pour financer l’ouverture d’un centre. Il est alors nécessaire de recourir à un prêt professionnel. Il faudra monter que projet possède un grand potentiel et qu’il peut devenir rentable.

À travers le business plan vous aurez aussi l’occasion de faire une étude de marché. Vous pourrez identifier vos concurrents. C’est aussi un moyen d’en apprendre un peu plus à propos de la future clientèle.

·      Choisir le bon local pour ouvrir son affaire

Il faut savoir que le choix du local est réglementé. Il est important de mettre en place les infrastructures nécessaires pour exécuter le métier de contrôleur technique automobile. L’achat d’un local représente un investissement assez important. Pour réduire vos dépenses, vous pouvez vous orienter vers :

  • Un bail commercial;
  • Une location-gérance (c’est un contrat avantageux, car il offre la possibilité d’estimer la rentabilité du centre de contrôle technique avant de financer l’achat du fonds de commerce).

Il est à noter que le local ne doit pas se situer à proximité des locaux pour les activités de réparation ou de commerce automobile.

·      Connaître la réglementation relative au contrôle technique

Le métier de contrôleur technique est une activité réglementée. Pour ouvrir un centre, il est important soit :

  • De justifier d’une formation de 35 heures prodiguée par un organisme de formation reconnu par les pouvoirs publics ;
  • D’avoir suivi une formation permettant d’accéder à la qualification de contrôleur technique.

Il est essentiel de demander un agrément d’installation du centre de contrôle à la préfecture.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *