Salaires des anciens présidents : combien gagnent-ils ?

En tant que contribuable, on souhaite savoir ce qu’un président de la République nous coûte. Mais, une fois à la retraite, il perçoit également une « retraite » et profite d’avantages en nature. Quel est le salaire des anciens présidents de la République de l’État français ? François Hollande a annoncé l’objectif de réduire les privilèges accordés aux anciens chefs d’État tandis qu’Emmanuel Macron a affirmé qu’il va renoncer à sa future retraite ainsi que son droit de siéger au conseil institutionnel. Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac ou encore Nicolas Sarkozy, combien coûte un ancien président de la République ?

La retraite des présidents de la République française

Durant son mandat, un président de la République profite de nombreux avantages. Par souci de transparence, la rémunération d’un président n’a jamais été révélée. Elle a été longtemps inconnue du grand public. En 2007, Nicolas Sarkozy l’a rendue publique où il l’a fixé à près de 20 000 euros bruts par mois. Plus tard, François Hollande a décidé de réduire ce salaire à 30% et donc il a été revu à 14 910 euros bruts mensuels. Cependant, une fois arrivée au pouvoir, le président Emmanuel Macron perçoit pour sa part un salaire brut mensuel d’environ 15 200 euros.

Une fois à la retraite, ces présidents auront une retraite, des avantages financiers, d’importants avantages en nature et des frais de sécurité particulièrement conséquents.

·      La retraite dotation d’un ex-président français

Une fois à la retraite, grâce à son statut de chef d’État, l’ancien président bénéficie toujours de divers avantages. Une « retraite dotation » est effectivement accordée à toutes les personnes qui ont été présidents, même durant un très court délai. Sa somme est évaluée à 5496, 71 euros bruts par mois. De plus, pour percevoir cette pension, aucune condition d’âge n’est imposée.

Cette « retraite dotation » s’est établie sur la base d’un texte de loi promulgué le 03 avril 1955 et n’a pas changé depuis. Elle ne concerne pas le « conjoint survivant », mais touche plutôt au statut de veuve. Ce qui signifie que si un président féminin était élu à cette fonction suprême, son mari n’aura pas droit à la pension de réversion si sa femme vient à décéder. Cependant, ses enfants pourront en bénéficier jusqu’à ce qu’ils soient majeurs.

·      Les avantages d’un ancien président en France

Une lettre du Premier ministre Laurent Fabius destinée à Valéry Giscard d’Estaing en 1985 avait fixé les attributs octroyés à un ancien président. François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy en bénéficiaient. Une fois à la retraite, ils pouvaient donc avoir à leur disposition :

  • 13 collaborateurs,
  • Un logement,
  • Une voiture de fonction,
  • Divers avantages en nature, à l’instar d’un passeport diplomatique.
Lire aussi  Combien gagne un député ? Quel est leur salaire ?

Ses dépenses assez démesurées ne sont pas passées inaperçues aux yeux de la Cour des comptes qui les a souvent dénoncés. Depuis 2017, ces avantages auraient été réduits. Depuis, un ancien président ne pourrait plus profiter que de :

  • 7 collaborateurs,
  • 2 agents pour leur protection,
  • Logement équipé entretenu par l’État, charges comprises,
  • Frais de déplacement pris en charge.

À chaque ancien président, une retraite qui lui est attribuée

Le salaire brut d’un ancien président est estimé à entre 5 500 et 6 200 euros par mois. Cependant, déterminer le montant exact de leur retraite est assez compliqué. Plusieurs avantages leur sont attribués, mais chacun d’eux peut choisir ce dont ils ont vraiment besoin. En effet, chaque ancien président est mis sur le même piédestal, mais ils peuvent décider de ne pas jouir de certains privilèges qui leur sont offerts. De ce fait, le coût de la retraite de nos anciens dirigeants est différent les uns des autres.

·      Salaire de l’ancien président Valéry Giscard d’Estain

Président de la République de 1974 à 1981, Valéry Giscard d’Estain est sans doute l’ancien chef d’Etat qui a coûté le plus au contribuable. En effet, entre ses dépenses de fonctionnement, sa sécurité et ses dépenses personnelles, VGE coûte environ 2,5 millions d’euros par an à l’État. Cependant, ce budget n’inclut ni sa retraite qui est estimée à 6 000 euros, ni sa rémunération en tant que membre du conseil institutionnel qui atteint 12 000 euros par mois.

Ce montant faramineux couvre en majorité les 15 gendarmes en charge de la sécurité de sa résidence privée à Authon (1,1 millions d’euros par an). Ensuite, les 5 sous-officier de la marine et de l’armée de terre qui assure sa sécurité personnelle coûteraient près de 287 000 euros annuels. En termes de frais de fonctionnement, VGE dépasse la barre des 300 000 euros par an.

·      Rémunération de l’ex-chef d’État Nicolas Sarkozy

Mis à part le salaire des anciens présidents estimé à 6 000 euros, Nicolas Sarkozy bénéficie également de plusieurs avantages financiers. Il a droit à un appartement de fonction meublé dont son bail annuel équivaut à 300 000 euros. Un personnel lui est également affecté. Il a droit à 7 collaborateurs en plus de ses agents de sécurité. En 2019, le total des frais alloué à cet ancien président s’est élevé à 866 000 euros.

Lire aussi  Salaire d’un ministre en France : combien gagne-t-il ?

Nicolas Sarkozy a renoncé à son poste de président de la République à l’âge de 57 ans. Cependant, il n’a pas été dépourvu pour autant du confort qu’il profitait, notamment au niveau de sa rétribution. En tant que membre du conseil institutionnel, il empoche 11 500 euros net par mois. Il peut, effectivement, comme tous les anciens présidents, siéger au Conseil constitutionnel, et ce, à vie.

Salaire et fortune de l’ancien président de la République française François Hollande

La retraite de cet ancien président est estimée entre 11 000 à 12 000 euros par mois. Environ 4000 euros de ce montant est perçu grâce à son statut d’ex-président. Il a récemment souhaité l’annoncer sur BFMTV-RMC pour des raisons de transparence. Pour son cas, il n’a pas souhaité siéger au Conseil d’administration.

Pour être un ancien conseiller référendaire à la Cour des comptes, il perçoit environ 3473 euros nets. Une retraite « parlementaire » compléterait ses revenus. La somme qu’il acquiert pour cela équivaut à 6208 euros nets. Il a été notamment député de Corrèze entre 1997 et 2012.

Comme tous les autres anciens présidents, il profite également d’autres avantages en nature. Il est doté d’un appartement de fonction meublé. Il a à sa disposition 2 personnes affectées à son service. Il dispose d’une voiture avec deux chauffeurs et de deux policiers qui assurent sa protection rapprochée. Pour ses affaires courantes, il est assisté par 7 collaborateurs.

Ce que perçoivent les anciens présidents des autres pays

Si tel est le cas en France, il serait intéressant de voir ce qui se passe dans les autres pays, histoire de comparer. Cela peut nous donner une idée de la rétribution des anciens chefs d’État qui selon les propos du président Hollande, la retraite des anciens présidents de la République en France est « bien moins que ce qui se passe à l’étranger ».

·      Le salaire des anciens présidents en Allemagne et en Espagne

Commençons par ses pays voisins. Pour le cas de l’Allemagne, les anciens chanceliers profitent d’une retraite de 4 000 euros au minimum. Mais, une condition s’impose. Il faut pour cela que leur mandat ait duré au moins 4 ans. Plus il occupe le poste, plus ce salaire sera revu à la hausse. Avec ses 16 ans au Bundestag, Angela Merkel toucherait donc aux environs de 15 000 euros.

Lire aussi  Salaire d’un attaché parlementaire en France

Pour le cas de l’Espagne, un ex-chef d’État percevrait un salaire à vie de 80 000 euros bruts par an, ce qui lui fait un revenu mensuel de près de 6200 euros. Mis à part cette pension, les anciens chefs de gouvernement espagnol peuvent également avoir à leur disposition deux fonctionnaires à vie. Ils pourront effectivement se doter d’un assistant personnel et d’une secrétaire.

·      La retraite des anciens chefs d’État aux États-Unis

Dans le pays de l’oncle Sam, l’ancien locataire de la maison blanche peut profiter d’une pension à vie à hauteur de 226 300 dollars par an en 2022. Pour y avoir droit, il faut qu’il ne soit pas destitué. Il peut avoir cette pension dès la fin de son mandat. En plus de cette pension, il sera également exonéré d’assurance maladie. Il pourra avoir à sa disposition des employés et un bureau dont les charges ne dépassent pas les 150 000 euros pour les 30 premiers mois après son mandant. Il est fixé à 96 000 euros après cela.

Aussi, tous les anciens chefs du gouvernement américain bénéficient à vie d’une protection des services secrets, pour lui, mais également pour ses enfants de moins de 6 ans et son conjoint. Quant aux cas des veuves, elles auront droit à une pension annuelle de près de 20 000 dollars.

·      Le cas des retraites des Premiers ministres au Royaume-Uni

Les anciens premiers ministres bénéficient d’indemnités à vie. Dès le moment où ils quittent leur poste, ils peuvent profiter d’une retraite de 115 000 livres par an au maximum, soit 129 000 euros. La majorité d’entre eux continuent toujours d’assurer des fonctions publiques en continuant à travailler pour l’État.

Ils perçoivent également une indemnité de départ. Ils auront un versement de 25% de leur salaire annuel, qui est d’environ 19 000 livres pour les Premiers ministres britanniques. Ils auront aussi droit à un véhicule avec chauffeur, un secrétaire et un bureau.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *