Salaire sophrologue : combien peut-on gagner ?

La sophrologie est le domaine d’expertise du sophrologue. Faisant partie de la médecine douce, c’est un professionnel de la relation d’aide. Son travail consiste essentiellement à accompagner ses patients à travers des séances pouvant être collectives ou individuelles. L’objectif principal de cette pratique est de favoriser un épanouissement personnel. On le qualifie tout particulièrement d’expert en psychocorporel.

S’il s’agit encore d’un métier qui n’est pas encore très connu, il gagne de plus en plus en notoriété. Nous ne sommes pas rares à vouloir nous orienter vers cette profession. Combien gagne un sophrologue ? Quels pourraient être les revenus mensuels d’un sophrologue ? Quel serait son chiffre d’affaires s’il exerce en libéral ?

Salaire moyen d’un sophrologue

En France, le salaire d’un sophrologue tourne autour de 175 à 2 082 euros bruts par mois. Tout dépend de plusieurs éléments. En moyenne, il fait un salaire d’à peu près 1 130 euros. S’il travaille en libéral, il doit encore s’acquitter de différentes charges et des impôts. Cela concerne environ 60% de ses revenus.

Si à ses débuts il peut espérer un revenu entre 1500 à 2000 euros, au fur et à mesure de son expérience, il peut toucher jusqu’à 3500 euros de salaire mensuel. Quand il travaille en libéral par exemple, il pourrait faire un chiffre d’affaires mensuel de 4500 à 6000 euros, s’il arrive à avoir environ 5 séances par jour.

Ceci étant, nous devons noter que le métier de sophrologue devient de plus en plus recherché. Cela en raison d’un taux de stress qui ne cesse d’augmenter. Avoir recours à ce spécialiste permettrait effectivement de résoudre ce problème, ou du moins de l’alléger. Il s’agit ainsi d’une profession très prometteuse et où on ne risque pas de chômer.

Ayant la possibilité d’exercer en libéral ou de travailler en tant que salarié, ce professionnel profite de nombreuses possibilités. Tout au long de ses missions, il pourrait être contacté par des établissements scolaires, des centres de fitness et club de sports, des institutions de bien-être, etc. Il peut s’exercer auprès de jeunes enfants, adultes, adolescents ou personnes âgées.

Salaire sophrologue : quelle différence entre un salarié et un praticien en libéral ?

Aider ses patients à retrouver les ressources nécessaires à eux-mêmes est la principale mission d’un sophrologue. Bien qu’on ne comprenne pas toujours parfaitement son rôle, nous sommes désormais de plus en plus nombreux à le consulter. Il travaille essentiellement afin de nous aider à nous acheminer vers un épanouissement personnel indéfectible. Il doit atteindre un état de conscience qui permettrait de stimuler la capacité et le potentiel de son client. Dans certains cas, il sera capable de traiter les troubles du sommeil, toutes sortes de tocs, les différentes phobies, etc.

Un sophrologue peut travailler dans une structure spécialisée, à l’exemple d’une maison de retraite. Les centres de thalassothérapie peuvent également les engager. Dans ce cas, il va pratiquer la sophrologie en tant que salarié. D’un autre côté, il peut également exercer à son propre compte. Dans ce cas, il sera un travailleur indépendant.

Selon son statut, son salaire sera différent. Salarié ou auto-entrepreneur, différents facteurs vont faire varier leurs revenus. Découvrons les quelques détails pouvant nous faire comprendre ces diversités de rémunération entre un sophrologue salarié et un sophrologue indépendant.

·      Rémunération d’un sophrologue salarié

Employé par un établissement en particulier, le sophrologue peut espérer toucher entre 1500 à 2000 euros de salaire brut par mois. En fonction de son expérience, il peut empocher jusqu’à 2500 à 3500 euros brut par mois. Tout dépend aussi de la réputation de l’institution dans laquelle il travaille.

Lorsqu’il est salarié, le sophrologue peut toucher près de 1400 euros par mois en début de carrière. Lorsqu’il aura acquis plus d’expérience, il pourra profiter d’un revenu mensuel entre 1900 à 2200 euros. Tout comme pour le cas des sophrologues indépendants, le salaire est plus important dans les grandes villes.

·      Le chiffre d’affaires d’un sophrologue en libéral

Il est très courant de voir des sophrologues exercer en libéral plutôt que d’être salarié. Pour cela, il doit prévoir d’ouvrir un cabinet, ce qui peut engendrer des frais supplémentaires et un investissement conséquent. Il lui faudra par la même occasion prévoir d’autres tâches relatives à la gestion de son établissement et aussi celle de son client.

Pour constituer son chiffre d’affaires, le sophrologue indépendant devra compter sur le nombre de ses clients. Cependant, dans tous les cas, il pourra avoir des revenus confortables, mais qui vont seulement varier. Tout dépendra notamment des services qu’il propose, de ses tarifs, du salaire de ses employés, etc. Il doit retenir que tous les mois, il doit payer différentes charges et des cotisations comme toute entreprise. La ville où il est localisé entre également en compte. Si son cabinet se situe dans un centre d’affaires, il pourra gagner davantage de clients. Par contre, s’il se trouve dans une bourgade, les clients peuvent être rares.

Afin de connaître le revenu mensuel d’un sophrologue, il faut se baser sur la durée de ses consultations. En règle générale, une séance dure environ 1h. Pour avoir les effets bénéfiques souhaités, le patient doit suivre à peu près 2 à 3 séances par semaine. Dans l’idéal, il faudrait prévoir jusqu’à 6 séances, dont une séance au minimum par semaine.

Si on prend une consultation d’une heure et qu’elle coûte aux environs de 35 à 70 euros, on peut avoir une estimation du salaire mensuel d’un sophrologue. S’il arrive à faire près de 120 séances en un mois, il pourra dans ce cas empocher un revenu compris entre 4 200 à 8 400 euros. Il peut également proposer des séances de groupe qui ne coûte généralement 10 à 20 euros par personne, ce qui lui fera des sources de revenus complémentaires.

Cela dit, étant donné qu’il travaille en libéral, son salaire va être imputé des charges. Il devra tout particulièrement penser à déduire :

  • La mutuelle et ses assurances professionnelles,
  • Les charges sociales en corrélation à l’URSSAF,
  • Le loyer de son cabinet de sophrologie,
  • Le budget nécessaire pour réaliser les différentes campagnes de communication et les publicités.

Dans l’ensemble, ces charges s’élèvent à peu près à 30% du chiffre d’affaires qu’il fait. Disons que s’il dispose d’un revenu de 4200 euros, il ne va toucher que 2940 euros net par mois. Avec un CA de 8400 euros, il touchera en net environ 5880 euros.

Cela étant dit, un sophrologue débutant aura droit à une aide qui n’est autre que la cotisation d’entreprise ou l’ACCRE. Cela lui permettrait d’alléger un peu ses charges liées à ses diverses cotisations sociales.

Les différentes raisons qui font varier le salaire d’un sophrologue

Tout comme on a déjà eu l’occasion d’en parler plus haut, le salaire d’un sophrologue n’est pas le même pour diverses raisons. Essayons ici de les détailler afin de mieux l’appréhender.

·      Un salaire en fonction des clients

Qu’il travaille dans un établissement ou dans son propre cabinet, le salaire d’un sophrologue va relativement varier en fonction du nombre de clients qu’il reçoit chaque jour. S’il exerce en tant que salarié, il n’aura pas effectivement besoin de rechercher des clients. L’avantage est qu’il percevra également le même montant mensuel, peu importe la variation de sa clientèle. Il jouit aussi de la sécurité de l’emploi, comme ce n’est pas le cas pour un indépendant.

Toutefois, si le travailleur indépendant arrive à se faire une masse de clients, notamment par son sérieux et son professionnalisme, il pourra constituer des revenus confortables. Étant son propre patron, il aura plus de liberté à prospecter davantage de nouveaux clients. Cela va l’aider à développer au mieux des compétences commerciales.

·      La zone géographique dans la détermination des revenus d’un sophrologue

Même s’il travaille dans une institution, le sophrologue bénéficiera d’un salaire avantageux en grande ville. Et ce n’est pas lié au nombre de clients que celle-ci reçoit chaque jour. Ce critère est encore plus flagrant pour un dépendant. Il pourra profiter de revenus conséquents s’il s’installe en zone urbaine où il est susceptible d’avoir plus de clients. Le quartier devra également être considéré s’il souhaite monter son propre cabinet.

·      Le nombre de séances proposées par le sophrologue

Tel que nous l’avons évoqué tout en haut, il faut plusieurs séances pour que les effets de la pratique de la sophrologue puissent se faire sentir. La fréquence des séances sera déterminante dans le calcul du salaire d’un sophrologue.

·      Les charges liées au métier de sophrologue

Comme tout citoyen ou entreprise qui se respecte, un sophrologue paye des impôts. Son salaire va donc varier en fonction des charges qui lui seront déduites.

·      Les honoraires fixés par le sophrologue

À titre d’information, le sophrologue dispose de l’entière liberté de fixer ses tarifs. Aucune obligation particulière lui est imposée à ce niveau. Cependant, ce n’est pas une mince affaire, surtout quand on vient de se lancer. Pour vous aider, vous pouvez vous référer à ce qui s’applique sur le marché.

Dans tous les cas, le coût moyen d’une consultation ou d’une séance en sophrologie oscille entre 45 et 60 euros pour les séances individuelles s’il est fixé entre 10 à 20 euros par personne pour les interventions en groupe.

Afin de mieux fixer vos prix, vous pouvez vous référer à :

  • Votre localité,
  • La durée de chacune de vos séances,
  • Votre notoriété et votre expertise,
  • L’endroit où vous proposez chaque séance.

Dans les meilleurs des cas, le mieux serait de proposer un tarif particulièrement attrayant au début pour attirer vos clientèles. Fidélisez-les par votre savoir-faire et un accueil bienveillant. Vous pourrez par la suite augmenter petit à petit vos tarifs dès que vos patients auront confiance en vous et s’ils sont entièrement satisfaits de vos prestations. Il faut aussi penser à revoir vos tarifs tous les ans.

Particulièrement pour le sophrologue indépendant, il doit penser à d’autres éléments aussi :

  • Le coût de son investissement : installation en local et équipements,
  • Les charges fixes et les dépenses administratives,
  • Et le budget consacré au marketing ainsi qu’à la communication.

Sophrologie et reconversion professionnelle

Comment devenir un sophrologue ? Il est bien de préciser qu’il s’agit d’un métier qui ne demande pas un diplôme d’État. L’âge ne fait pas non plus partie des critères discriminants. Pour exercer cette profession, il vous faut toutefois détenir un certificat vous permettant de pratiquer la sophrologie. Les formations à distance que vous pouvez suivre en ligne sont déjà très nombreuses.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.