Salaire d’un psychomotricien : combien gagne-t-il ?

Le métier de psychomotricien fait partie du monde paramédical. Ils peuvent prendre en charge bon nombre de maladies relatives à des troubles psychomoteurs. De ce fait, la profession exige des compétences particulières et bien spécifiques. Il est donc tout à fait normal que les revenus suivent le niveau d’effort que demande l’emploi. Cependant, des grilles de salaire différentes sont appliquées en fonction d’un assez grand nombre de paramètres. Quel est le salaire d’un psychomotricien ? Combien gagne-t-il ?

Le salaire d’un psychomotricien : un œil sur les fonctions publiques

C’est une profession qui est grandement présente dans la fonction publique en raison de son aspect paramédical. Elle vient en complément de différentes sortes de traitement et se place même au centre des interventions dans certains cas.

·      Les échelons et leurs salaires : classe normale

Comme dans tout métier, celui de psychomotricien varie en fonction des années d’ancienneté et l’accumulation de compétences. En ce qui concerne les fonctions publiques, ceux qui débutent dans leurs carrières sont classés à l’échelon 1. Pour les débutants, le salaire est de 1851 euros bruts par mois.

Ce salaire n’inclut pas les primes et les avantages que l’on peut percevoir. Il est sujet à des augmentations assez fréquentes pour peu que l’on garde le poste durant une durée relativement courte. Pour passer à l’échelon suivant, dans la classe normale, il faut un délai d’environ 1 an. Le salaire passe ensuite à 2032 euros bruts.

Après 9 ans de fonction, toujours dans la classe normale, le psychomotricien peut gagner 2357 euros bruts. À ce stade, il est placé sur l’échelon 5 et se trouve à mi-chemin des évolutions qu’il peut passer. En considération de son salaire de début de carrière, une hausse de 24 % se constate. En d’autres termes, en 9 années de pratique, une augmentation de 24 % est perçue par la personne.

Pour atteindre le dernier palier de la classe normale de la fonction publique en tant que psychomotricien, il faudra compter plus d’une vingtaine d’années de service. À ce niveau, la personne touche un salaire de 3264 euros bruts par mois. En faisant la mise en rapport avec les années de début de carrière, on a une augmentation de revenu à hauteur de 74 %. On atteint le sommet et donc la rémunération ne peut plus dépasser ce montant.

 

·      Les échelons de la classe supérieure dans la fonction publique

Dans la pratique, les personnes de la classe normale peuvent passer dans la classe supérieure par voie de concours. C’est une pratique qui est autorisée dans le milieu de la fonction publique. Il se passe à l’interne et donne accès une nouvelle grille de revenue.

Dans la classe normale, le salaire de l’échelon 1 est de 1891 euros. Pour la classe supérieure, elle est de 2158 euros, c’est une différence de 14 %. Elle est assez conséquente. C’est à peu près l’équivalent de l’échelon 3 de la classe normale, en d’autres termes, il faudrait 2,5 ans en classe normale pour avoir les revenus d’un salarié de classe supérieure.

Le contrecoup de ce salaire qui est assez élevé, c’est que la durée d’évolution est un peu plus longue. Mais ce n’est que dans les débuts, au finale, pour atteindre le dernier niveau de salaire, il faut à peu près le même nombre d’années qu’un psychomotricien de classe normale. La rémunération alors perçue dans ces conditions est 3501 euros bruts par mois. C’est une différence de 240 euros avec celle de la normale. Ce delta, à la fin de l’année civile, équivaut quasiment à un mois de revenu. Un écart qui est considérable en considération de situations économiques actuelles.

 Le salaire d’un psychomotricien libéral : un montant intéressant

crédit photo : https://www.lavoixdunord.fr

Le métier se prête bien à la fonction libérale. Une personne peut décider de travailler à son compte et prospecter ses propres clients. De ce fait, elle sera maîtresse de ses horaires de travail. Cependant, c’est une affaire qui demande une bonne préparation et un carnet d’adresses assez fourni.

·      Le salaire mensuel d’un libéral 

Étant donné que le nombre de patients peut varier d’un mois à un autre, le salaire n’est pas fixe. Ce phénomène est propre à tous les auto-entrepreneurs. En règle générale, les revenus d’un libéral œuvrant dans le domaine varient entre 2000 et 3000 euros bruts. C’est un chiffre qui est assez conséquent par rapport à ceux de la fonction publique en classe normale. Mais, il est à peu près le même que le salaire touché par ceux qui sont dans la classe supérieure.

·      Le montant d’une séance pour un libéral

 Le chiffre d’affaires d’un psychomotricien libéral dépend grandement du nombre de séances qu’il fait et du montant de facturation de celles-ci. Dans la pratique, il est payé 40 à 50 euros l’intervention. Ce montant peut être revu à la hausse dans le cas d’un bilan psychomoteur.

Lire aussi  Combien gagne un neurochirurgien ? Quel est son salaire ?

·      Les contraintes à prendre en compte pour un libéral

Le monde de l’auto entrepreneuriat est rempli de petits détails qui interagissent d’une manière plus ou moins directe avec le chiffre d’affaires que l’on peut faire. Le facteur nombre de client mis à part, il reste les différentes cotisations et les impositions qui sont à payer.

Il faut prendre en compte la cotisation sociale qui vous est impartie. Elle sera à hauteur de 22 % du chiffre d’affaires. Le CA étant le montant généré par l’activité dont les différentes charges n’ont pas encore été déduites.

Une assurance en responsabilité civile Pro doit aussi être contractée. C’est une obligation qui est imposée par la loi. Un libéral ne peut donc pas s’y soustraire. Le choix de l’assureur lui incombe cependant, ce qui fait qu’il peut décider de contracter le moins cher avec le minimum de garanties.

En ce qui concerne les impositions, elles sont dues et payées au titre des Bénéfices non commerciaux (BNC).

Par ailleurs, un plafond est fixé par le statut de libéral en matière de chiffre d’affaires. Dans la pratique, il ne peut pas excéder les 72 600 euros. Dans le cas contraire, la dimension et la forme de l’entreprise individuelle devraient être changées.

Les avantages et les primes du métier dans la fonction publique

Les conditions salariales de la fonction publique peuvent être perçues comme étant moins attirantes au regard des revenus d’un salarié libéral dans le domaine de la psychomotricité. Mais, il ne faut pas perdre de vue les avantages matériels et financiers qui peuvent accompagner le fait de travailler comme fonctionnaire.

·      Un avantage pour ce qui débute

Dans le secteur de la santé et surtout des métiers hospitaliers, une prime spéciale de début de carrière est donnée à tout le personnel. Les psychomotriciens ne dérogent pas à cette règle. Ils peuvent donc toucher une somme bonus tous les mois. Cependant, elle ne peut pas dépasser les 38 euros. Cette prime est touchée par le psychomotricien jusqu’à ce qu’il atteigne l’échelon 3, que ce soit dans la classe normale ou dans la classe supérieure.

Lire aussi  Grille des salaires dans la convention collective des prothésistes dentaires

·      Des avantages sur le logement

Les agents travaillant dans les hôpitaux ont droit à toutes sortes d’indemnités relatives à leurs logements. Étant donné que les psychomotriciens font partie de cette catégorie, ils peuvent aussi en profiter. Pour leur part, ils sont au nombre de trois :

  • Indemnité compensatrice mensuelle de logement,
  • Indemnité forfaitaire de changement de résidence administrative,
  • Indemnité de résidence.

Toutes les trois sont soumises à des conditions qui leur sont propres. Mais, d’une manière générale, les agents comme le psychomotricien ne devraient pas avoir des difficultés à y prétendre.

·      Les autres indemnités

La liste des primes et des avantages que l’on peut toucher est relativement longue en ce qui concerne le métier de psychomotricien dans la fonction publique. Dans la pratique, elles sont d’une vingtaine. Cela dit, elles ne peuvent être profitées en même temps et certaines sont soumises à des conditions exceptionnelles.

La mission et les compétences requises pour le poste

Pour pouvoir prétendre à un salaire, il faut avant tout avoir les compétences nécessaires pour mener à bien la mission d’un psychomotricien. L’objectif principal du métier est de mettre en place un traitement par le biais de la rééducation. Elle vise essentiellement à réduire des difficultés d’origine psychologique ou neurologique.

En premier lieu, le psychomotricien devrait identifier les origines de la souffrance ou de la difficulté. Puis, les séances se mettent en place. Les outils qu’il utilise peuvent être parmi les suivants :

  • Exercices physiques,
  • Exercices de coordination,
  • Exercices d’expression corporelle,
  • Apprentissage de gestuelle,
  • Exercice de relaxation.

Dans le cadre de l’exercice de ses fonctions, le psychomotricien sera amené à interagir grandement avec des êtres en situation difficile. Ce qui implique qu’il doit être doté d’un sens de l’empathie particulièrement élevé. Il serait aussi préférable de miser sur une grande capacité d’adaptation et d’ingéniosité.

Dans la pratique de son métier, il se peut qu’il doive trouver des solutions qui sortent un peu de l’ordinaire pour aider la personne qu’il a en face de lui. L’écoute est aussi une des clés de sa réussite. Il faut bien comprendre la situation dans laquelle le patient se trouve pour pouvoir l’aider. Mais, le plus important c’est de saisir les demandes qui peuvent être cachées créant ainsi des blocages dans le travail.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *