Quel est le salaire d’un chauffeur de bus ? Combien gagne-t-il ?

Tout au long de son travail, un conducteur est amené à accueillir et à transporter les voyageurs en suivant un itinéraire et des horaires précis. Un chauffeur de bus est une personne soucieuse de la sécurité de son véhicule et de ses passagers. En fonction de son métier, il peut travailler sur une courte distance ou au niveau international. Quelle est la rémunération de ce conducteur ?

Chauffeur de bus : l’essentiel à savoir sur ce métier

Avant de choisir la vocation de conducteur de bus ou d’autocar, il faut être un amoureux de la conduite. Il doit être accueillant. Ce professionnel doit également être capable d’informer et de conseiller ses passagers. C’est une personne qui possède une bonne condition physique. Cet individu dispose également de connaissances en mécanique afin de faciliter les réparations. Les conditions de travail ainsi que les horaires ne sont pas les mêmes pour un chauffeur en charge du ramassage scolaire ou de transport de professionnels.

Quelles sont les compétences requises ?

Il est nécessaire d’avoir un permis D (transport en commun). Pour suivre cette voie, il faut disposer soit :

  • D’un CAP agent d’accueil et de conduite routière, transport de voyageurs (Il se prépare pendant deux ans) ;
  • De suivre une formation initiale minimale obligatoire (FIMO) ;
  • D’un Bac Pro transport ;
  • D’un CFP (certificat de formation professionnelle) conducteur routier, option voyageurs ;
  • D’un TP (Titre Professionnel) CTRIV : conducteur de transport routier interurbain de voyageurs (formations AFPA).

Pour ce qui concerne la RATP (Régie Autonome des Transports Parisiens), aucun diplôme n’est requis. Il suffit d’être titulaire du permis B et/ou D et d’avoir moins de 21 ans. Le futur conducteur va suivre une formation en alternance. À l’issue de sa formation, il va accéder à son permis D et la FIMO. Pour les détenteurs d’un permis D, le stage va avoir une durée de 6 à 7 semaines.

Qu’en est-il des qualités d’un chauffeur de bus ?

En plus d’avoir certaines notions de mécaniques et des compétences techniques, un chauffeur de bus doit :

  • Maîtriser et respecter le code de la route ;
  • Comprendre et bien utiliser les outils électroniques (GPS, radio, etc.) ;
  • Être capable de bien gérer son temps et son stress ;
  • Avoir de la rigueur et le sens du contact client ;
  • Disposer de bonnes conditions physiques (vue, audition, etc.).

Salaire chauffeur de bus : une différence de rémunération dans le secteur public et le secteur privé

·      La rémunération des conducteurs dans la Fonction Publique

Il faut savoir qu’un chauffeur de bus qui souhaite intégrer la fonction publique territoriale devra passer le Concours d’Adjoint Technique (catégorie C). Il est également possible de postuler en tant que contractuel.

Le salaire de ce professionnel est déterminé par la grille indiciaire nationale des salaires. Le chauffeur de bus va évoluer avec le temps et gravir les échelons de son grade. Voici un aperçu de la rémunération mensuelle hors primes des Adjoints Techniques Territoriaux (ATT) :

  • En début de carrière (échelon 1) : 1 593 euros par mois ;
  • En milieu de carrière (échelon 6) : 1 630 euros par mois ;
  • En fin de carrière(échelon 12) : 1780 euros par mois.

Au cours de l’année 2022, le SMIC a été revu à la hausse, ce qui va accroître la rémunération des ATT. Ce professionnel va bénéficier de primes et des indemnités. Ces avantages vont dépendre de la situation personnelle et professionnelle des personnes concernées. Il y a l’indemnité de Permanence (IP), l’indemnité de Résidence (IR), le Supplément Familial de Traitement (SFT), etc.

S’il bénéficie d’un contrat à temps complet, il est tenu de travailler pendant 5 jours par semaine. En principe, ce fonctionnaire profite de 25 jours ouvrés de congés payés par an. Au besoin, il peut effectuer des heures supplémentaires à la demande de son employeur. La durée peut aller jusqu’à 25 heures supplémentaires par mois. Si les horaires ne sont pas récupérés, le travailleur va avoir droit à une indemnisation horaire ou à une indemnisation forfaitaire.

Dans le secteur public, le chauffeur de bus peut prétendre au grade d’Adjoint Technique Territorial (ATT) au grade d’ATT 2ème classe puis de 1ère classe. L’évolution de ce professionnel peut se faire soit :

  • Par une décision de l’administration ;
  • Par un examen professionnel.

·      La rémunération des travailleurs dans le secteur privé

Un chauffeur de bus est libre d’exercer dans le domaine privé. Pour cela, il peut proposer ses services à une agence de voyages, une société de transports de personnes, etc. Le montant du salaire sera déterminé par l’établissement.

Lorsqu’il commence sa carrière, il va obtenir un salaire proche du SMIC. Si le conducteur doit travailler de nuit, le dimanche ou les jours fériés, il va percevoir des primes. Plus le chauffeur gagne de l’expérience, plus son salaire va s’accroître. Sa rémunération peut augmenter et atteindre le montant de 2 500 euros brut par mois en moyenne soit de 1 950 euros net. Les primes ne sont pas encore prises en compte dans ce calcul.

Dans certaines entreprises, les chauffeurs de bus bénéficient de différents avantages sociaux. Ils peuvent profiter : d’une mutuelle santé pour toute la famille, d’une complémentaire retraite, d’un programme de formation, de chèques-cadeaux, de tickets restaurant, etc.

Les droits des chauffeurs de bus peuvent être déterminés par :

  • La convention collective des services des transports urbains de voyageurs (sauf RATP) ;
  • La convention collective des transports routiers et activités auxiliaires du transport.

Quelle que soit l’entreprise dans lequel le conducteur de bus travaille, il a droit à 30 jours ouvrables de congés payés par an au maximum. Une convention va déterminer la durée des heures supplémentaires à effectuer. La durée peut aller de 115 heures à 195 heures. Comme ces heures sont majorées, la rémunération du travailleur va augmenter.

Au cours de sa carrière, le chauffeur de bus peut occuper le poste d’agent de planning, de contrôleur, d’instructeur, etc. Ces évolutions de carrière sont fréquentes dans le secteur du voyage et du grand tourisme. Ce type de conducteur peut aussi se convertir et conduire d’autres types de véhicules tels que les poids lourds, le tramway, le métro, etc. Cependant, il faudra suivre une formation complémentaire.

·      La rémunération des travailleurs à la RATP

La RATP est connue comme étant l’un des principaux employeurs de chauffeur de bus en France. Ce réseau dispose d’approximativement 4000 bus. La rémunération d’un chauffeur de bus à la RATP est déterminée par une grille. Le salaire du conducteur va évoluer en fonction de son ancienneté. En effet, pour un chauffeur :

  • Echelon 2 (niveau débutant) : 1452 euros / mois ;
  • Echelon 8 : 1597 euros / mois ;
  • Expérimenté (plus de 25 ans d’ancienneté) : 1839 / mois.

Quelles sont les différentes fonctions pouvant être occupées par un chauffeur de bus ?

Un chauffeur de bus peut choisir d’exercer d’autres fonctions. Il peut s’orienter vers le métier de chauffeur VTC, de chauffeur de taxi, etc. Un conducteur de transport en commun a la possibilité d’exercer son métier en France et à l’international (zone rurale ou zone urbaine). Un chauffeur de bus peut travailler au sein d’une entreprise de transports privée, une collectivité territoriale, une régie municipale dans les grandes villes, etc.

Quelles sont les obligations d’un employeur de conducteur de bus ?

·      Attribuer une rémunération conforme au travail effectué

Le conducteur de bus a droit à une rémunération en contrepartie de son travail. Il va percevoir son salaire de base et d’autres éléments tels que :

  • La majoration de son salaire en cas d’heures supplémentaires ;
  • Le travail en horaires décalés (nuit, dimanche, jour férié).

Le chauffeur de bus doit aussi recevoir une fiche de paie conforme à la fin de chaque mois.

·      Proposer les formations adaptées

L’employeur est tenu de former ses salariés dès leur entrée en fonction. C’est nécessaire surtout s’ils ne disposent que d’un permis D.

·      Garantir une évolution professionnelle

Il est impératif que le travailleur dispose d’une perspective d’évolution professionnelle. Certes, un chauffeur de bus ne possède pas de nombreuses opportunités d’évolutions professionnelles, mais, il peut travailler dans d’autres métiers du transport. Il a aussi le droit d’occuper des postes à responsabilités.

·      Accéder à des éléments essentiels pour l’exécution de sa mission

Pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions, un conducteur de bus doit avoir accès à différents moyens nécessaires pour exercer sa mission. Il s’agit par exemple du véhicule à conduire, des terminaux de paiement, un GPS, une radio pour communiquer avec le poste central, etc.

·      Passer les examens médicaux nécessaires

Tous les 5 ans, les conducteurs de bus sont tenus d’effectuer des examens médicaux. C’est utile pour renouveler leurs permis D. Au-delà de l’âge de 60 ans, il faut passer l’examen annuellement. Les examens médicaux vont essentiellement se centraliser sur l’audition, la vue et les réflexes.

·      Accéder à des vestiaires collectifs

La convention collective du transport contraint l’employeur à établir différentes mesures d’hygiène. Dans le cadre de l’exercice de ses fonctions, le chauffeur de bus doit accéder à des lavabos, des vestiaires et des WC.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.