Salaire carreleur : quels sont les revenus ?

Pour finaliser les travaux dans une salle de bain ou dans une cuisine, l’intervention d’un carreleur est indispensable. Ce professionnel va procéder à la finition et va ajouter une jolie note de décoration dans un intérieur. Grâce à son agilité et à ses connaissances, il habille parfaitement les murs, les parois et les sols avec des carreaux. À combien s’élève la rémunération d’un carreleur ?

Métier de carreleur : quels sont les points essentiels à savoir à son propos ?

Le terme carreleur est le diminutif du terme « carreleur-mosaïste ». Une mosaïque est le résultat de l’assemblage de carreaux ou de morceaux de carreaux. Ces revêtements vont être agencés pour obtenir de superbes motifs décoratifs.

Le carreleur va intervenir après les autres corps d’état du bâtiment. Comme il se charge des finitions, il devra s’arranger et coordonner ses travaux avec ceux du plombier-chauffagiste, de l’électricien et du peintre. Ce professionnel peut travailler sur un ouvrage neuf ou une rénovation.

En fonction de l’ampleur de ses missions, le carreleur va accomplir sa mission seul ou en équipe. Il intervient :

  • En intérieur: sur des maisons individuelles, des immeubles collectifs, hôpitaux, etc.
  • En extérieur: sur des piscines, l’extérieur des façades, les dallages de jardin, les passages publics, etc.

Dans le cadre de ses projets, le carreleur va effectuer des travaux de maçonnerie, appliquer l’enduit et poncer. Il va également veiller à l’isolation et à l’étanchéité. Il peut poser différents matériaux : faïences, ardoises, marbres, pâte de verre, etc.

Ce professionnel doit avoir de bonnes connaissances des produits accessibles sur le marché. Il pourra ainsi prodiguer de bons conseils à ses clients. Il peut concevoir et proposer des solutions adaptées aux attentes de ses projets. Pour exercer le métier de carreleur, il faut faire preuve de rigueur et de précision.

Avant de poser le carrelage, ce professionnel va :

  • S’approvisionner en matières premières ;
  • Préparer la surface à carreler ;
  • Découper les carreaux aux dimensions adaptés à l’ouvrage.

Une fois les carreaux et les jointures posées, il va nettoyer les surfaces et le chantier.

Devenir carreleur : quelle est la formation à suivre ?

·     Passer un CAP carreleur

Pour emprunter la voie de carreleur-mosaïste, il faut disposer au minimum d’un CAP carreleur-mosaïste. Il s’agit d’une formation en alternance. Sa durée moyenne est de 24 mois. Au cours de cet enseignement, l’apprenant va étudier :

  • Des matières générales (sciences, français, histoire, etc.) ;
  • L’aspect professionnel du métier (lecture d’un plan, travaux pratiques, etc.).

·      Poursuivre les études et obtenir un brevet, BTS, Bac Pro et licence

Après le CAP, il est possible de prolonger vos études. Vous pourrez obtenir un Brevet Professionnel carreleur mosaïste. C’est une formation qui dure 2 ans. Grâce à ces études, vous aurez l’occasion d’approfondir et de perfectionner vos connaissances. En suivant ce cursus, vous aurez accès à des postes plus qualifiés ou à des postes de management.

En ce qui concerne le Bac Pro aménagement et finition du bâtiment, la préparation se fait sur 3 ans. Pour le cas du Bac Pro carrelage mosaïque, il faut avoir un CAP et deux ans d’expérience.

Pour obtenir un brevet de maîtrise carreleur-mosaïste, il faut disposer soit :

  • D’un bac au minimum et de quatre années d’expérience ;
  • D’un niveau CAP et de cinq ans d’expérience.

Ce cursus est requis pour les futurs entrepreneurs qui souhaitent lancer leur propre entreprise. Les titulaires du Bac ont l’occasion de poursuivre leurs études et obtenir le BTS aménagement-finition.

Dans le cadre de la formation pour devenir carreleur, vous allez apprendre à exécuter des travaux simples. Cela va vous permettre d’évoluer et de gagner de l’expérience. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi vous former auprès d’un professionnel qui participe à la formation des jeunes.

Reconversion professionnelle : quelles sont les formations incontournables ?

Pour les personnes qui ont quitté le système scolaire, elles peuvent suivre la formation carreleur AFPA. Ce cursus dure en moyenne 6 mois. Cette formation donne accès au titre de professionnel de niveau 3 (CAP/BEP) de carreleur. Pôle Emploi dispense également des formations de carreleurs.

Quelles sont les possibilités d’évolution de carrière d’un carreleur ?

Lorsqu’un carreleur acquiert de l’expérience, il peut s’installer et se mettre à son propre compte. Il va pouvoir travailler comme artisan ou entrepreneur du bâtiment. S’il choisit le statut de salarié, il peut évoluer vers des postes à responsabilités comme chef d’équipe. S’il travaille pour une grande entreprise et qu’il possède un BTS aménagement-finition, il peut occuper le poste de chef de travaux.

Quels sont les facteurs essentiels influant sur la rémunération ?

·      L’ancienneté et l’expérience

Au sein d’une société de BTP, quel que soit le métier (paysagiste, menuisier, peintre, etc.), la rémunération s’accroît avec le temps. Les débutants vont bénéficier d’un salaire légèrement supérieur au SMIC. Au fil des années, les salaires vont augmenter progressivement.

·      La région

Dans certaines régions, les revenus d’un carreleur-mosaïste sont plus élevés que la moyenne. C’est par exemple le cas en Ile-de-France ou la région Sud-Ouest. Il faut savoir que dans ces régions, les dépenses relatives aux loyers, au repas, au transport sont plus importantes. Les professionnels qui y exercent leurs activités vont avoir un salaire supérieur à la moyenne.

·      Le statut

En travaillant comme indépendant, le carreleur peut bénéficier de revenus plus conséquents. Même si au début de son activité, il peut rencontrer certaines contraintes, au fil du temps, ses revenus vont augmenter. Pour réussir dans son affaire, le carreleur devra disposer d’une base de données de clients solides. Pour fidéliser ses clients, il devra fournir un travail de qualité.

·      Les conditions de travail

La prestation du carreleur va dépendre de son projet. Lorsqu’il intervient en extérieur, il peut être soumis à des contraintes météorologiques pouvant rendre la tâche difficile.

Salaire carreleur : à combien s’élève les revenus de ce professionnel ?

·      La rémunération d’un apprenti

Un apprenti carreleur mosaïste a droit à une rémunération. Il va percevoir un certain pourcentage du SMIC. Il est à noter que le salaire sera déterminé en fonction de l’âge et de l’ancienneté.

Pour le cas des mineurs de moins de 18 ans :

  • La première année : 414,64 euros ;
  • La deuxième année : 600,37 euros ;
  • La troisième année : 846,68 euros.

Pour les apprentis âgés de 18 à 21 ans :

  • La première année : 616,95 euros ;
  • La deuxième année : 785,10 euros ;
  • La troisième année : 1 031,41 euros.

Pour les apprentis ayant entre 21 et 26 ans :

  • La première année : 815,89 euros ;
  • La deuxième année : 939,04 euros ;
  • La troisième année : 1 031,41 euros.

Les apprentis qui ont plus de 26 ans auront droit au SMIC mensuel brut.

·      La rémunération d’un débutant

À ses débuts, un carreleur va avoir un salaire équivalent ou légèrement supérieur au SMIC.

·      La rémunération d’un professionnel expérimenté

Après 5 années d’expérience, le salaire d’un carreleur va avoisiner 24 000 euros brut à l’année.

·      La rémunération d’un auto-entrepreneur

Il est rare qu’un débutant se mette directement à son propre compte. Il est conseillé d’avoir quelques années d’expérience avant de lancer son affaire. L’entrepreneur va déterminer lui-même les tarifs de ses honoraires. À l’instar des autres métiers du bâtiment, le tarif varie de 40 à 60 TTC de l’heure. En ouvrant son entreprise, un carreleur peut percevoir un chiffre d’affaires mensuels variant de 2 500 à 4 000 euros.

Le métier de carreleur : quels sont les avantages et les inconvénients de cette profession ?

Dans la réalisation de ses missions, un carreleur va déployer beaucoup d’efforts. Il devra alors disposer d’une bonne condition physique. La majorité de son temps, il va exécuter ses missions à genoux ou même coucher sur le sol. Il va aussi être amené à travailler en hauteur, sur les échelles ainsi que les échafaudages. Cette profession n’est pas adaptée aux personnes souffrant de vertiges.

Le carreleur va intervenir sur différentes sortes de chantiers. Ce professionnel ne va pas forcément se tenir au planning de 35 h exact. Il va être tenu de respecter les délais de livraison de l’ouvrage. Le métier de carreleur-mosaïste offre de nombreux débouchés. Il peut travailler aussi bien au sein d’une petite que d’une grande structure. Cette profession permet de bénéficier de belles perspectives d’évolution de carrière.

Quelles sont les principales qualités requises pour le métier de carreleur ?

Pour exercer le métier de carreleur, il faut être agile de ses mains. Ce professionnel doit faire preuve d’une grande précision. Il est aussi nécessaire :

  • D’être patient ;
  • D’avoir un goût prononcé pour la décoration (choix des matériaux et des couleurs, agencement des carreaux ;
  • D’être capable de faire des calculs dimensionnels (surface, volume, etc.) ;
  • De disposer de solides connaissances des techniques de maçonnerie ;
  • D’être capable de travailler en équipe et de bien accompagner les clients ;
  • D’avoir des connaissances des contraintes réglementaires (Ex. acoustique, etc.) ;
  • De maîtriser les techniques de traçage et des normes d’isolation phonique et thermique.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.