Salaire pompier, grille et revenus

Les pompiers sont des professionnels ayant pour rôle de sauver les personnes, mais pas que ! Ces héros protègent également des biens ainsi que l’environnement. À combien sont rémunérés ces soldats du feu ? Quel salaire pour un pompier ? Si vous projetez de vous lancer dans cette carrière, il est tout à fait normal de se poser la question. Agissant contre le feu et travaillant avec sacrifice et volontariat, il n’est pas étonnant qu’on se demande quelle sera la récompense. Sans compter le fait qu’il fait partie des métiers qui attirent le plus de jeunes. Découvrons en détail le salaire des pompiers avec leur grille indiciaire.

Le salaire médian d’un pompier professionnel

En tant que pompier professionnel, son salaire au sein des SDIS (Services Départementaux d’Incendie et de Secours) va se constituer en fonction de son échelon et de son grade. En moyenne, il peut varier entre 1 600 à 4 500 euros par mois en salaire brut. À cela se rajoutent des indemnités pouvant être liées à des heures supplémentaires ou des primes de qualifications.

Au plus haut niveau de grade des pompiers, on retrouve 3 catégories dont :

  • Colonel,
  • Colonel hors classe,
  • Et contrôleur général.

Concernant les grades des pompiers, ils peuvent aussi varier en fonction de son institution. Il n’est pas effectivement pareil pour ceux des sapeurs-pompiers civils, des pompiers du service de santé et de secours médical (SSSM), en tant qu’experts au service des pompiers ou les pompiers agents publics. De cette manière, le salaire n’est pas non plus le même.

·      L’évolution du salaire des pompiers

Pour un pompier débutant, le salaire est de moins de 24% par rapport à la moyenne. Le salaire moyen étant fixé à environ 1 700 euros par mois. En milieu de carrière, il est 5% en moins. Lorsqu’il devient de plus en plus expérimenté, son revenu peut augmenter jusqu’à 31% contre 45% en fin de carrière.

Avec 1 à 3 ans d’expérience, son salaire est autour de 1 300 euros nets par mois. En milieu de carrière, c’est-à-dire avec 4 à 9 ans d’expérience, il peut toucher près de 1 600 euros de salaire net par mois. Quant à celui qui bénéficie de plus d’expérience, soit environ 10 à 20 ans, son salaire peut atteindre 2 210 euros nets par mois. En fin de carrière, un sapeur-pompier peut profiter de près de 2 500 euros de salaire net par mois.

·      Les indemnités des pompiers professionnels

En plus de leur salaire, les pompiers reçoivent également des indemnités. Parmi elles, on peut répertorier :

  • La prime de feu: qui est à hauteur de 25%,
  • L’indemnité de responsabilité : un taux pouvant atteindre les 39%, mais qui va être différent en fonction des grades et des fonctions,
  • L’indemnité de spécialité : à profiter pour ceux qui disposent d’une spécialité. Il peut par exemple être le cas d’un sauveteur nautique.
  • Les indemnités supplémentaires: il peut être question des indemnités horaires lorsqu’ils sont amenés à effectuer des missions additionnelles.

Parmi les autres avantages du métier de pompier, on sait qu’il peut être logé en centre de secours ou dans une maison individuelle. Dans le cas contraire, il bénéficie d’une indemnité de logement à hauteur de 10%.

·      Qui va payer les dégâts générés par les pompiers ?

Lors des interventions de ces soldats du feu, il peut y avoir des dégâts. On se demande souvent qui va le payer. Généralement, ils sont couverts par l’assurance habitation. Mais pour cela, il faut que cela soit mentionné dans le contrat d’assurance.

Le salaire d’un sapeur-pompier volontaire

Le SPV ou sapeurs-pompiers volontaires ne sont pas rémunéré de la même manière que des pompiers professionnels. Leur rétribution se fait par indemnisation. Elle varie en fonction du grade et est exonérée d’impôt sur le revenu.

Grade Montant indemnité par heure
Sapeur 8,08 euros
Caporal 8,67 euros
Sous-officier 9,79 euros
Officier 12,15 euros

 

Le montant annuel de l’indemnité des sapeurs-pompiers volontaires peut également varier en fonction de ses années de services. En tant que volontaires, ils peuvent travailler environ 24 heures par semaine au maximum. Cela ne doit pas dépasser les 24 heures. Cette limite des heures de travail ne doit pas être dépassée sauf en cas d’urgence.

Pour devenir un pompier volontaire, il faut avant tout être majeur. Votre casier judiciaire doit être vierge et vous devez détenir un diplôme de niveau V, que ce soit Brevet, CAP ou BEP. Pour le cas des officiers, vous devez disposer d’un bac+2 minimum pour être lieutenant et d’un bac+3 pour être capitaine.

·      Ces pompiers volontaires ont-ils droit à une retraite ?

L’indemnité que reçoit un pompier volontaire n’est ni un salaire ni ne pourrait se constituer une retraite. Il s’agit d’une reconnaissance de l’État à son endroit.

·      Évolution de carrière pour un pompier

Pour évoluer dans le métier de pompier, il existe des grades qu’il est possible d’acquérir en fonction de son ancienneté. Profitant de nombreuses années d’expérience, les pompiers militaires peuvent par exemple choisir de se spécialiser afin d’effectuer des missions plus spécifiques.

Le salaire d’un pompier en fonction de son grade et de son statut

Comme les pompiers sont des fonctionnaires, leur salaire est soumis à une grille indiciaire. Celle-ci tient compte de son grade et de son ancienneté, traduite par des échelons. Toutefois, il est important de noter qu’à ce salaire s’ajoutent des indemnités. On note, entre autres, celles du logement et du supplément familial.

Voici quelques exemples :

·      Salaire pompier en grade sapeur

Les sapeurs font référence au grade le moins élevé du métier des pompiers. Sa grille s’étale jusqu’à 12 échelons. La durée peut varier de 1 à 4 ans. En premier échelon, son salaire avoisine les 1 500 euros en deuxième classe. En échelon 11, 1ère classe, sa rémunération peut atteindre 1 700 euros.

·      Rétribution d’un pompier caporal et caporal-chef

Pour le grade de caporal, il est fractionné en 12 échelons. Ce professionnel peut atteindre ce stade en l’espace de 26 ans. Arrivé à l’échelon 12, il peut profiter d’un salaire d’environ 1 900 euros. S’il se retrouve à l’échelon 8, par exemple, son salaire peut tourner autour de 2000 euros.

·      Rémunération d’un pompier au grade de lieutenant

Fonctionnaire de catégorie B, il touche un salaire oscillant entre 1 500 à 1 800 euros en fonction de son échelon. S’il est en première classe, il peut espérer jusqu’à 2 400 euros lorsqu’il est en dernier échelon.

Il est bien de noter qu’il existe une hors classe pour les lieutenants. Allant de l’échelon 1 jusqu’à 11, son salaire peut varier de 1 700 à 2 600 euros.

·      Pompier lieutenant-colonel et colonel : le salaire qu’il peut profiter

En lieutenant-colonel, il est sectionné en 7 échelons. En échelon 1, son salaire peut atteindre les 2 200 euros. En colonel, il est partagé en 6 échelons. Une fois avoir atteint ce dernier, il peut toucher un salaire d’à peu près 4 000 euros.

Tableau récapitulatif de la grille salariale des pompiers

Afin de représenter brièvement tout ce qu’on vient de détailler à propos du salaire des pompiers, nous allons proposer quelques exemples dans le tableau ci-après.

Grade Echelon Salaire mensuel brut
Sapeur-pompier Échelon 1 1 650 euros
Adjudant Echelon 10 2000 euros
Commandant Échelon 1 1600 euros
Commandant Echelon 10 2800 euros
Capitaine Echelon 1 2000 euros
Capitaine Échelon 7 3300 euros
Lieutenant hors classe Échelon 1 1 900 euros
Lieutenant-colonel Échelon 11 2 600 euros
Lieutenant-colonel Échelon 6 4000 euros

 

Comparaison entre le salaire d’une femme pompier d’un homme pompier

Le métier de pompier est occupé par des hommes en majorité, dont l’âge le plus fréquent se situe entre 50 et 55 ans. On sait que la gent masculine occupe 98% de ce poste contre seulement 2% de femme.

Quant au salaire, l’inégalité des sexes persiste. En salaire net mensuel, les hommes perçoivent à peu près 2 900 euros tandis qu’il revient à 2 300 euros pour les femmes. On constate donc une différence de moins de 19% que les hommes.

Qui paie le salaire des pompiers ?

On a pu constater que certaines interventions des pompiers sont payantes alors qu’en principe, elles devraient être universelles et gratuites. Cependant, face à des flux trop importants, certains services sont payants. Cela concerne tout particulièrement les missions jugées moins urgentes. Elles sont sélectionnées par chaque département.

Parmi les interventions des pompiers pouvant être payantes, on peut essentiellement citer :

  • La destruction de toutes sortes de nids d’insectes,
  • Le transport d’une personne à l’hôpital,
  • Le déblocage d’une porte ou d’un ascenseur,
  • La capture d’animaux qui se sont échappés, etc.

La liste n’est pas exhaustive. Certaines tâches peuvent effectivement être prises en charge par d’autres experts.

·      Quels tarifs pour ces interventions non urgentes ?

En France, chaque département est libre de fixer ses tarifs concernant ces interventions de pompiers non urgentes. Pour débloquer un ascenseur, par exemple, le prix tourne autour de 21 euros auprès du SDIS du Vaucluse contre 197 euros chez le SDIS du Bas-Rhin.

·      Les missions propres aux pompiers et qui sont gratuites

Quand est-ce que l’intervention d’un pompier est donc gratuite ? Elle l’est quand la vie d’une personne est en danger. Cela peut se présenter dans le cas d’un incendie, d’accident de la route, de secours de personnes victimes de catastrophes naturelles ou de risques technologiques, etc.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.