Salaire journaliste : combien gagne-t-on dans cette profession ?

La profession de journaliste est une de celles qui offrent le plus de découvertes. Les étudiants commencent à s’intéresser de plus en plus à ce métier. Bien entendu, il faut passer des études et des formations pour accéder à des reportages de qualité. Mais une fois cette étape passée, il serait intéressant de savoir combien l’on gagne. C’est une des motivations, bien que pas l’unique, qui permettent aux gens de rester et de persévérer dans une carrière donnée. Quel est le salaire d’un journaliste ?

Le journaliste profite d’un salaire évolutif

Comme dans tout métier, le salaire d’un journaliste varie en fonction du stade où il se trouve dans sa carrière. Mais d’une manière générale, il gagne entre 900 € et 5 200 € bruts par mois. Cela dit, il serait plus approprié de détailler cette grille afin de déterminer adéquatement les revenus en fonction des années d’expérience.

·      Le début de carrière en tant que pigiste

La dénomination « pigiste » est souvent utilisée pour désigner les personnes qui débutent dans leur carrière de journaliste. D’une manière simple, elle fait référence à un paiement en fonction des piges ou au reportage. On peut en quelque sorte le qualifier d’un indépendant.

Les piges peuvent prendre différentes nature en fonction de la plateforme pour laquelle on travaille. Ils peuvent donc être des contenus web, audiovisuels ou encore une prestation à l’honneur de la presse écrite. Selon le Syndicat National des Journalistes, les piges valent entre 60 et 100 euros la feuille et pour une prestation web, ils prennent une valeur de 30 à 40 euros.

·      Le salaire d’un journaliste expérimenté

Pour une journaliste qui prend de l’avancement dans sa carrière, il peut prétendre à un CDD ou à un CDI. Dans ce cas, pour un CDI, mais encore pigiste, on peut estimer que son salaire est de 2 019 euros. Pour un CDD, la valeur est un peu plus réduite, mais la différence reste moindre. Elle est aux environ 1 995 euros.

Il est à noter que l’on peut cumuler plusieurs contrats de prestations pour atteindre peu à peu le statut de journaliste confirmé. C’est un moyen d’assurer un revenu décent le temps de rejoindre le rang de sommité dans ce domaine.

·      Journaliste sénior : un salarié de professionnel confirmé

Ici, le sujet n’est plus à ses débuts. Il a su marquer les esprits de sa créativité, de sa rigueur et des différentes qualités qui font d’une personne un bon investigateur. De ce fait, il est déjà baigné dans le monde des salariés. Et dans ce domaine, le niveau de revenus est fonction de plusieurs paramètres. Le niveau d’expérience et la poste occupée sont les deux points centraux qui vont déterminer la grille salariale, mais d’autres critères peuvent entrer en jeu. D’une manière générale, les journalistes séniors gagnent entre 60 000 et 70 000 euros l’année.

Les salaires selon le domaine d’expertise

Bien que l’évolution dans le monde du journalisme joue un rôle très important, la spécialisation reste aussi un paramètre à ne pas négliger. Les différents secteurs d’activités génèrent des recettes en fonction de l’attrait qu’ils ont auprès de grands publics. Aussi les journalistes seront énumérés en fonction de cela.

·      Le secteur sportif et le journalisme

C’est un des secteurs les plus connus. Aussi, il est légitime que l’on informe les personnes sur l’évolution de carrière et des revenus que l’on peut se faire en tant que journaliste sportif. D’une manière générale, on peut distinguer trois cas qui sont les suivants :

  • Pour un débutant dans ce secteur : 1800 à 2000 euros par mois,
  • Pour un journaliste confirmé : 2400 à 2700 euros par mois,
  • Pour un sénior dans le domaine : 4200 euros à 5000 euros par mois.

Pour atteindre la dernière marche de cette grille salariale, il faut aligner plus d’une dizaine d’années d’expérience en incluant les prestations effectuées en tant que consultant sportif.

·      Le journalisme d’investigation et ses rémunérations

Ici, on est en présence d’un secteur où très peu de personnes naviguent. Dans le milieu du journalisme, l’investigation est considérée comme l’aboutissement, si on peut le dire, de toute une carrière. Seule une poignée d’élues peuvent prétendre à ce poste. Dans la pratique, les gens œuvrant dans le domaine font à peu près les mêmes tâches que les journalistes classiques, à savoir :

  • Aller sur le terrain pour collecter les informations,
  • Assurer l’authenticité des informations,
  • Transmettre à l’auditoire.

L’une des grandes différences du métier d’investigation se trouve dans le risque qu’on prend pour atteindre certaines informations. Parfois, on est obligé de se mettre dans des situations assez dangereuses. De là, le salaire et les primes de risques se trouvent être plus conséquents en comparaison à ceux d’un journaliste de bureau. Si le montant exact de ses revenus n’est pas connu, tout laisse à penser qu’il peut gagner autant qu’un sénior, c’est-à-dire dans les 70 000 euros l’année.

·      Le journalisme scientifique, un domaine de la précision

Parmi les domaines que l’on peut retrouver dans le monde du journalisme, on peut citer celui du scientifique. Les personnes qui s’y trouvent peuvent en être fières, car c’est un des secteurs parmi les plus exigeants. Pour pouvoir y prétendre, il faut porter deux casquettes, celui de journaliste et celui de la connaissance en sciences et techniques.

Pour comprendre le salaire que l’on gagne dans ce domaine, il est important de souligner que pour avoir son ticket d’entrée un diplôme d’état est exigé. Il faut donc valider des années d’étude dans le domaine où l’on veut entrer ou au moins avoir fait des formations. Même pour un débutant, le salaire commence à partir de 2 000 euros, soit une centaine de billets en plus qu’un débutant classique.

Métier de journaliste : un salaire en fonction de la nature de la production

Tout d’abord il faut souligner que la personne qui œuvre en tant que journaliste à deux choix, soit elle signe un contrat avec une maison ou une entreprise. Le salaire moyen en France sera dans ce cas autour de 3092 euros. Pour ceux qui optent pour devenir libéraux, il y a une petite baisse, ce qui fait que la valeur équivaut à 2949 euros. Mais cette somme est encore tributaire des formes que peuvent prendre les prestations demandées.

·      La presse écrite : la base du journalisme

La presse écrite est peut-être la forme de production la plus répandue et la plus connue du journalisme. La production en question ici se présente donc sous la forme d’une œuvre écrite.  La rémunération classique se présente entre 1 140 et 4 100 euros. Elle varie bien évidemment en fonction du poste que l’on occupe dans la maison d’édition de presse écrite. Le salaire d’entrée étant comme celui d’un pigiste et le maximum comme celui d’un rédacteur en chef.

·      Les présentateurs stars : un cas à part

Bien entendu, le métier de présentateurs télé peut-être, et est considéré comme faisant partie intégrante de la profession de journaliste. Cependant, leurs grilles salariales ne souffrent pas des mêmes règles que celles appliquées pour la forme classique. Leur niveau de popularité y est pour beaucoup. Le chiffre d’affaires généré par l’audience qu’ils suscitent peut être utilisé comme justificatif de ce traitement d’exception. Dans la pratique, ils gagnent entre 15 000 et 45 000 euros et ceux en un mois seulement.

·      Les prestations en images et audiovisuelles

Étant donné que le métier d’un journaliste est réglementé, il présente des codes de déontologie et des tarifications bien définies. Dans cette optique, chaque pige fait l’objet d’un référencement de la part du syndicat des journalistes. En ce qui concerne, le tarif d’une photo ou d’un dessin, on est aux alentours de 63 euros. Il est applicable que ce soit pour un débutant ou pour une personne expérimentée. Dans la pratique, les pigistes ne sont pas uniquement des novices en la matière, mais la plupart de ces derniers sont des jeunes diplômés, ce qui peut porter la confusion.

·      Le secteur de l’automobile : un aspect unique du métier

Ce secteur mérite une mention spéciale, même s’il n’exige pas vraiment des productions spécifiques. Dans la pratique, les journalistes du monde de l’auto-moto sont très rares. De ce fait, ils font l’objet d’une convoitise en hausse. Ce qui entraîne une grille salariale très intéressante. À l’instar de la branche scientifique, l’automobile et tous ses secteurs connexes requièrent une très bonne qualification. Le salaire varie donc entre 2 500 et 4 000 euros. C’est un prix tout à fait acceptable, voire même assez élevé.

Parcours à suivre pour être journaliste

Le salaire connu, il faut aussi prendre conscience du processus académique à suivre pour pouvoir prétendre à cette fonction. Bien que cela ne soit pas l’objet principal de cet article, les informations relatives aux formations pourront donner une idée globale des dépenses qui seront nécessaires pour décrocher un poste de journaliste.  Après le baccalauréat, on peut passer par les parcours suivants :

  • Licence en communication et information, option journalisme,
  • Une formation de trois ans en journalisme de proximité,
  • Un master en journalisme.

Le métier de journalisme permet donc d’embrasser une carrière intéressante tout en ayant un niveau de revenu décent.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.