Salaire grutier : combien gagne-t-il en France et en Suisse ?

Un grutier est un technicien en BTP qui est en charge de la conduite d’engins de levage ou d’engins avec grue. Il assure, en effet, la répartition et la distribution des matériaux et des équipements sur le chantier de construction. À part les chantiers de construction, le métier de grutier peut être également exercé dans les entrepôts des industries, dans un hangar, dans les chantiers navals, dans les sites portuaires… Découvrez dans cet article tout ce que vous devez savoir sur ce métier ainsi que sur le salaire grutier.

 

Quelles sont les missions d’un grutier en France et en Suisse ?

 

Le principe de conduite d’engins avec grue reste la même dans tous les pays. Ces travailleurs ont comme mission :

  • Montage et démontage de la grue : le grutier s’assure du fonctionnement de l’engin avant le démarrage. Il calcule le tracé de la voie à effectuer après la mise en route. À la fin de l’utilisation, le grutier s’occupe du démontage. Il se charge même de l’entretien (vérification des freins, des câbles, de la quantité de graisse…) et de diagnostiquer les différentes sortes de pannes.

 

  • Vérification du plan d’appui : le grutier va effectuer une analyse du terrain et la disposition de tous les éléments susceptibles de gêner les mouvements des engins de levage.

 

  • Traçage du trajet de déplacement des charges lourdes : le grutier étudie le chemin adéquat et le plus sécurisé pour acheminer les matériaux.

 

  • Amarrage des charges : le grutier fixera les charges à transporter suivant les normes de sécurité (poids du chargement respectant les limites) afin de minimiser les incidents.

 

  • Conduite de l’engin : le grutier procède à la manœuvre de l’engin à grue. Il déplacera au fur et à mesure de l’évolution du chantier les parpaings, les échafaudages, les bétons armés, les murs préfabriqués ou les machines ainsi que les outils.

Si vous voulez devenir un grutier, il faut avoir le sens de la rigueur, être technique et faire preuve de précision. Un bon grutier ne doit pas perdre sa concentration pour limiter toutes sortes d’accidents. Il est nécessaire d’appliquer à la lettre les règles de sécurité. Un grutier doit être en parfaite santé et ne doit pas avoir le vertige. Il arrive qu’il soit positionné à plus de 30 mètres de hauteur au cours d’une manœuvre. Un grutier est également sollicité pour des travaux de nuit. C’est un métier qui nécessite une souplesse et une flexibilité, parce que dès fois, vous devez vous déplacer dans un lieu plus loin de chez vous pour effectuer la mission.

Quelles études doit-on mener pour devenir un grutier ?

 

Pour exercer le métier de grutier, il est indispensable de suivre une formation spécifique. Mais avant tout, il faut détenir le certificat d’aptitude à la conduite en sécurité CACES option « grue à tour ». Vous devez revalider ce certificat tous les 5 ans. Il faut, par ailleurs, détenir un permis de conduire poids lourds de catégorie C si vous voulez obtenir le CACES. De plus, il faut avoir plus de 21 ans et être déclaré « apte » médicalement.

Il est également possible d’évoluer en décrochant un diplôme de CAP ou de niveau bac. Si vous choisissez de suivre une formation pour CAP, vous ne serez qu’un conducteur de grutier. Les diplômes niveau supérieur vous donnent accès à des postes d’encadrement. Comme diplôme niveau bac, vous pouvez avoir le Brevet Professionnel obtenu 2 ans après le CAP. Ce brevet vous permet de conduire des engins de travaux publics et de carrières. Il est également possible de faire un bac professionnel en maintenance des matériels avec option travaux publics et manutention. Pour faire plus de spécialisation, un grutier peut chercher un titre ou une certification professionnelle.

 

Quels sont les spécificités et le statut du métier de grutier ?

 

Il existe des spécificités et un statut qui régissent le métier de grutier. Vous avez, par exemple, des conventions collectives relatives au travail de grutier, à savoir :

  • « La CCN des transports routiers et activités auxiliaires du transport du 21 décembre 1950 ;
  • La CCN nationale unifiée ports et manutention du 15 avril 2011 ;
  • La CNN ouvrière des entreprises du bâtiment de plus de 10 salariés ;
  • La CNN ouvrière des entreprises du bâtiment de moins de 10 salariés. »

Ces conventions collectives complètent le droit de travail d’un grutier. Elles mettent en priorité les statuts (salaires, conditions d’embauche ou de travail…) des travailleurs.

D’après l’INSEE, le métier de grutier est également associé à une catégorie socioprofessionnelle. Il appartient à la CSP 65 qui regroupe les ouvriers aptes à effectuer de la manutention, du magasinage et du transport d’engin lourd de lavage 651a. Cette catégorie socioprofessionnelle regroupe les ouvriers capables et qui sont autorisés à conduire des engins soulevant de lourdes charges. En général, la manœuvre risque d’être dangereuse et délicate.

 

Combien gagne un grutier en France et en Suisse ?

 

Le salaire brut d’un grutier en France selon l’INSEE est de 2 572 € en moyen par mois : 2 760 € pour les hommes et 2 831 € pour les femmes. Ce chiffre provient du calcul de la moyenne nationale faite sur le salaire de 7 100 salariés en France. En général, le genre masculin est plus engagé dans ce métier. Seuls 2 % des grutiers représentent la gent féminine. 69,3 % de ces grutières occupent un poste en CDI et 27 % sont en intérim. Ces grutiers travaillent dans de petites et grandes entreprises.

Le salaire d’un grutier en Suisse est de CHF 71 000 en moyenne par an. Le revenu le plus bas est de CHF 53 640 tandis que le salaire grutier le plus élevé correspond à CHF 85 632. Ces sommes sont calculées à partir de 572 entrées de salaire. Ces chiffres intègrent la paie du 13e mois et des bonus.

 

À quoi correspondent les avantages professionnels indiqués sur la fiche de paie des grutiers ?

Un grutier peut bénéficier de différentes sortes d’avantages professionnels énoncés dans les conventions collectives en fonction de son secteur d’activités. Selon la CNN, les avantages des ouvriers des entreprises de BTP peuvent être :

  • Les primes de vacances: un grutier peut bénéficier d’une prime allant jusqu’à 30 % de l’indemnité de congés payés lorsqu’il part en vacances. La condition est qu’il a effectué au moins 1 200 heures en tant qu’ouvrier des Travaux publics ou plus de 1 503 heures en tant qu’ouvrier du Bâtiment.

 

  • Jour d’ancienneté: Lorsqu’un ouvrier dans le bâtiment travaille pendant au moins 20 ans dans une entreprise, le montant des indemnités versées par la Caisse des congés payés connait une majoration. Les ouvriers du Travaux Public bénéficient des avantages liés à leur ancienneté.

 

  • Indemnisation de déplacement: un grutier dans le BTP peut également profiter d’une indemnité de trajet. Ce dernier est calculé en fonction des distances parcourues pour rejoindre un chantier. Au-delà de 50 km, l’entreprise accorde une indemnité de grand déplacement à l’ouvrier. L’indemnisation de déplacement intègre aussi le remboursement des frais de transport et l’indemnité de repas (chantier loin du domicile pour les repas).

 

  • Déduction forfaitaire spécifique ou DFS: au cas où l’ouvrier fait des déplacements quotidiens sur le chantier, une déduction forfaitaire de 10 % sera appliquée à la fiche de paie du grutier.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.