Salaire fleuriste : combien gagne ce professionnel ?

Le métier de fleuriste ne se cantonne pas au rôle de commerçant. C’est une personne polyvalente. Elle conseille ses clients, passe des commandes auprès de l’horticulteur ou du grossiste, confectionne des bouquets, etc. Grâce à son talent et à son savoir-faire, l’intervention du fleuriste s’avère utile pour les grands événements (mariage, baptême, anniversaire, décès).

Découvrir le métier de fleuriste : l’essentiel à savoir sur ce domaine d’activité

Le fleuriste joue un rôle d’intermédiaire entre l’horticulteur et le client. Il peut avoir le statut d’artisan ou de salarié. Quel que soit son statut, il travaille dans le commerce d’agrément. Pour réussir dans son domaine, ce professionnel est amené à exécuter des fonctions techniques, artistiques et commerciales.

·      Apporter aux fleurs les soins nécessaires

Au quotidien, les missions d’un fleuriste sont nombreuses. Ce professionnel s’occupe de ses fleurs, il va :

  • Les entretenir et les couper ;
  • Les arroser ;
  • Les nettoyer ;
  • Les préparer ;
  • Faire différentes compositions ;
  • Les exposer en vitrine ;
  • Mettre les arbustes en pot.

Pour exécuter au mieux ses missions, il va se servir de cisailles, de sécateurs et autres pique-fleurs.

·      Accueillir la clientèle

Lorsque des clients arrivent dans sa boutique, le fleuriste va leur offrir le meilleur accueil et le donner des conseils sûrs. Il se met à la fois au service des consommateurs et des fleurs. Ce professionnel doit avoir des connaissances approfondies sur les végétaux (avoir de bonnes notions en botanique).

·      Avoir des qualités d’artistes

Le fleuriste devrait faire appel à son sens de la créativité et à son talent pour réaliser une composition florale et une production personnalisée. Pour fidéliser ses clients, il devra être capable de satisfaire leurs attentes. Un fleuriste peut être amené à réaliser un bouquet, une couronne ou un décor de table.

·      Conseiller les clients

Ce professionnel est bien placé pour comprendre « le langage des fleurs ». Il connaît la signification des espèces et de chaque couleur des fleurs. Il peut orienter les clients sur leurs achats.

·      Approvisionner les stocks

Avant d’ouvrir sa boutique, le fleuriste va se rendre chez des grossistes ou des marchés spécialisés. Il va s’y approvisionner. S’il le souhaite, il peut effectuer ses commandes par téléphone et se faire livrer les produits à travers les services de livraison. Il va ensuite réceptionner et vérifier ses commandes. Les fleurs seront ensuite stockées.

Ce professionnel va aussi s’occuper de refaire l’étalage. Il va modifier la disposition des marchandises et intégrer les nouveaux produits. C’est aussi pour lui l’occasion de dépoussiérer, de désinfecter les seaux et ses outils de travail (Ex. sécateur).

Lire aussi  Zoom sur le salaire d'un livreur Amazon

·      Concevoir des décorations sur mesure

Lors d’événements importants tels qu’un mariage ou un baptême, les services d’un fleuriste sont requis. Ce professionnel va réaliser une composition florale pour décorer les tables lors de la réception. Il peut aussi orner les halles avec des fleurs coupées, des plantes vertes ou des arbustes.

·      S’occuper des questions de comptabilité

Si le fleuriste possède sa propre boutique, il devra se pencher sur la comptabilité au moins une fois par semaine. Il va également se charger de la facturation des clients.

Exercer le métier de fleuriste : quelles sont les qualités essentielles ?

Pour réussir le métier de fleuriste, il est important d’être rigoureux et méticuleux. Dans ce domaine d’activité, pour se forger une clientèle, il faut avoir un talent artistique et être capable de s’adapter. C’est un domaine exigeant qui évolue constamment.

Il est essentiel d’avoir de la patience dans ce métier. Il est fréquent que ce professionnel soit confronté à des clients exigeants. Il devra alors faire de son mieux pour répondre à leurs besoins. Pour cela, il faudra être à l’écoute et comprendre leurs attentes. Il est aussi nécessaire d’avoir une bonne condition physique. Tout au long de sa journée de travail, il devra rester debout longtemps.

Pour ne pas altérer les plantes, le fleuriste devrait connaître les besoins des plantes :

  • Leurs noms ;
  • Leurs spécificités ;
  • Le type d’exposition ;
  • L’éclairage ;
  • L’arrosage.

Ce professionnel va être en contact constant avec des clients. Il doit alors avoir un bon sens du relationnel. Les personnes qui souhaitent se lancer en tant qu’indépendant doivent disposer d’un certificat de gestion.

Se former au métier de fleuriste : quelle est la voie à suivre ?

Pour devenir fleuriste, il faut disposer d’au moins un des diplômes suivants :

  • Un CAP fleuriste : il s’agît d’un diplôme de référence pour pouvoir intégrer ce domaine ;
  • Un Bac pro technicien conseil-vente univers jardinerie ;
  • Un BP fleuriste : c’est un diplôme qui convient aux personnes qui sont déjà dans le métier, mais qui souhaitent se professionnaliser ;
  • Bac pro métiers du commerce et de la vente ;

Les personnes qui envisagent d’occuper un poste à responsabilités peuvent passer le BTSA TC-technico-commercial champ professionnel jardin et végétaux d’ornement.

Quelles sont les possibilités d’évolution de carrière dans ce domaine ?

Si le fleuriste travaille au sein d’un grand magasin ou d’une grande surface, il peut évoluer vers le poste de responsable d’un rayon floral. Il peut aussi se charger d’un rayon spécialisé dans la vente de graines. Il peut également évoluer vers le poste de conseiller technique de vente pour l’horticulture ou de vendeur spécialisé en pépinière. Après avoir acquis plusieurs années d’expérience, ce professionnel peut ouvrir son propre fonds de commerce ou reprendre un magasin franchisé.

Lire aussi  Combien gagne un vendeur de voiture ? Les salaires

Les personnes qui s’installent dans un village devront avoir un budget initial d’environ 20 000 euros. Si elles souhaitent s’implanter en ville, elles auront besoin d’un investissement plus conséquent d’approximativement 300 000 euros.

Le métier de fleuriste : les « pour » et les « contre »

Le domaine de la fleuristerie est un secteur assez stable. C’est un domaine qui s’avère rentable si le magasin se situe dans un lieu fréquenté et si le propriétaire applique une bonne stratégie marketing. Grâce au commerce en ligne, les fleuristes peuvent dépasser la contrainte sectorielle. Ils pourront proposer leurs services aux différents internautes.

Si vous appréciez les fleurs et les sujets relatifs à la botanique, vous aurez l’occasion de vivre de votre passion. Vous allez tirer une grande satisfaction lorsque vous aurez fini de créer de jolis bouquets et des centres de table. Vous pourrez exprimer votre talent artistique en créant des compositions florales uniques. Il n’est pas vraiment nécessaire de se former au métier de fleuriste pour intégrer ce secteur. Cependant, pour être reconnu dans le milieu, il faut suivre une formation diplômante et passer des concours professionnels.

Malheureusement, pour ouvrir son affaire de fleuristerie, il faut disposer d’un certain capital. La plupart des fleuristes sont contraints de débuter avec un statut de salarié au sein d’une boutique ou d’une grande surface. Au début de sa carrière, la rémunération de ce professionnel n’est pas vraiment intéressante. Ils sont souvent payés au SMIC. Dans ce domaine, certains vendeurs sont confrontés à une rude concurrence.

Le fleuriste est tenu de se soumettre à des horaires contraignants. Il doit travailler le samedi, le dimanche ainsi que les jours fériés. Dans ce domaine, il est important d’avoir une bonne endurance physique, car il faudra rester debout sur une longue période.

Qu’en est-il de la rentabilité du marché ?

Il faut savoir que la vente de fleurs est impactée par une forte saisonnalité. En effet, plus de 25 % des ventes sont conclues lors des fêtes récurrentes telles que la Saint-Valentin, la Fête de Mères et la Toussaint.

Lire aussi  Salaire d’un contrôleur technique automobile

Les fêtes familiales contribuent à renflouer les caisses d’une boutique ou d’un magasin de fleurs. Lors des événements familiaux comme un mariage, un baptême, le fleuriste va se constituer un revenu assez important. Ce professionnel va décorer la salle de réception à travers différentes compositions florales. Ces créations permettent de dégager des marges assez importantes. La vente de vases et d’articles de décoration s’avère également rentable.

Combien gagne un fleuriste : quel est le montant de ses revenus ?

·      Salaire fleuriste en fonction du niveau d’études

Si le fleuriste possède un statut de salarié, sa rémunération va être déterminée en fonction du niveau de ses études. En effet, s’il est titulaire :

  • D’un CAP, il va percevoir le SMIC ;
  • D’un BTSA, il va profiter d’un salaire plus important.

Au début de sa carrière, un fleuriste débutant va obtenir environ 1 521 euros brut par mois. Pour ceux qui ont acquis plus d’expérience, le salaire moyen est d’approximativement 2 000 euros brut par mois. Il est à noter que les revenus des employés dans une fleuristerie dépendent entièrement du chiffre d’affaires de l’entreprise.

·      Salaire fleuriste indépendant

À ses débuts, un fleuriste indépendant va avoir des revenus modestes. Lorsqu’il aura trouvé un bel emplacement et qu’il se sera bien installé, il peut se constituer un revenu vraiment attrayant. Il peut toucher jusqu’à 3 500 euros brut mensuel.

Auto-entrepreneur ou salarié : quel statut privilégié ?

Si le fleuriste choisit de travailler en tant que salarié, il ne sera pas contraint de rechercher des clients. Il profitera d’un meilleur équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée. C’est un moyen de jouir de la sécurité de l’emploi, puisqu’à la fin de chaque mois, il va percevoir son salaire. Malheureusement, avec ce statut, les perspectives d’évolution de salaire son assez minimes. Le fleuriste devra avoir l’accord de son employeur pour valider ses congés.

En choisissant le statut d’indépendant, ce professionnel va profiter d’une plus grande liberté. Il pourra prendre lui-même ses décisions. Le montant de ses revenus sera plus important. Plus il travaille, plus il perçoit une meilleure rémunération. Un fleuriste indépendant devra réaliser lui-même les tâches administratives. Il est aussi soumis à un stress assez important. Les revenus des indépendants sont assez aléatoires lors de certaines périodes.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *